Alon filozofé

« À nous, citoyens, de décider »

Billet philosophique

Roger Orlu / 29 mai 2015

Depuis au moins vingt-cinq siècles et dans le monde entier, des philosophes et autres penseurs ont consacré du temps à mettre en avant le concept de ‘’démocratie’’ (‘’le pouvoir au peuple’’) afin de créer « un système politique dans lequel la souveraineté appartient à la totalité des citoyens ». Une problématique plus que jamais à l’ordre du jour, chez nous comme ailleurs.

JPEG - 51.5 ko
Joëlle Morel, Yohan Cervantès et Jean Viracaoundin, responsables du Cercle Philosophique Réunionnais, lors de la conférence à Moulin Maïs.

Un professeur de Droit constitutionnel à l’Université Paris-1, Dominique Rousseau vient de publier un livre intitulé ‘’Radicaliser la démocratie. Propositions pour une refondation’’, dans lequel il souligne la gravité de « la crise démocratique au sein de la société » et que « toute société a besoin de se reconnaître dans une forme qui crée du commun ». Il déclare aussi que « la société est capable de produire elle-même les règles de son organisation, à condition d’inventer les institutions qui lui permettent de s’exprimer ».

C’est pourquoi il préconise une « vraie révolution », qui consiste « à rouvrir des canaux de communication entre l’État et l’espace public où se trouvent les citoyens concrets, physiques, réels. Ceux qui vivent dans les villes, les quartiers, les entreprises, les hôpitaux, les écoles etc. ».

« Refonder l’Éducation populaire »

À La Réunion, s’est déroulé cette semaine un colloque des Conseils de la Culture, de l’Éducation et de l’Environnement des Outre-mer sur le thème : « refonder l’Éducation populaire pour un nouveau contrat social ». Et comme l’ont souligné les organisateurs, « la confiance et la complémentarité des actions entre l’État, les collectivités territoriales et les associations permettent de nouvelles formes de vie démocratique et une plus grande pertinence des politiques publiques ».
Pour aller dans ce sens, le Parti Communiste Réunionnais fait des propositions en faveur d’une gouvernance réunionnaise démocratique, populaire, libre et responsable. En effet, c’est au peuple réunionnais d’avoir le pouvoir de décision pour appliquer toutes les mesures nécessaires pour un développement durable de son pays.

« Le travail, entre aliénation et émancipation »

Lors d’une conférence organisée la semaine dernière au Moulin Maïs de Saint-Louis par le Cercle Philosophique Réunionnais, Yohan Cervantès, un responsable de l’association, a fait un exposé sur le problème du « travail, entre aliénation et émancipation ». Après avoir évoqué tous les défis socio-économiques à relever pour surmonter cette contradiction, il a déclaré : « C’est à nous, citoyens, de décider pourquoi on travaille, en vue de quoi, au service de qui et dans quelles conditions ».
Beaucoup de jeunes ont participé aux échanges à ce sujet et ont plaidé dans le même sens. Comme quoi, les démocrates réunionnais sont de plus en plus prêts à se rassembler et à se mobiliser pour assumer leurs responsabilités…


Kanalreunion.com