Alon filozofé

Alon fé nout domin !

Billet philosophique

Roger Orlu / 3 juin 2016

De nouveaux événements viennent de confirmer et de démontrer concrètement que de larges rassemblements des forces vives du pays sont possibles pour changer notre société. Le tissage des liens entre Réunionnais pour les libérer de toutes les formes d’oppressions et d’injustices face aux divisions et aux indifférences cultivées par les classes dominantes peut se renforcer. Une piste à suivre pour construire notre avenir…

JPEG - 106 ko
Parmi les participants au ‘’Rassemblement réunionnais pour Mayotte’’ le 28 mai à Saint-Denis, Jean-Marie et Jean-Marc Imira (au centre), du groupe de reggae Natty Dred, entourés par Érick Murin, président du CRAN (Conseil Représentatif des Associations Noires), et Maurice Gironcel, co-secrétaire général du Parti Communiste Réunionnais.

Nous citerons d’abord l’organisation d’un très beau « Rassemblement Réunionnais pour Mayotte » sur le Parvis des Droits de l’Homme à Saint-Denis le samedi 28 mai « pour l’arrêt immédiat des violences collectives » dans cette île comorienne, « pour le rétablissement de l’état de droit dans l’île » et « pour une paix sociale durable à Mayotte ». Ce rassemblement a été organisé par plus d’une dizaine d’associations réunionnaises et comoriennes, engagées dans le combat pour le respect des droits humains et il a montré à quel point il est important de renforcer la solidarité entre les peuples frères de l’Indianocéanie pour les libérer des effets souvent dramatiques du système néo-colonial en place dans notre région.

Comme le dit le communiqué de presse publié à cette occasion, « en dépit des alertes lancées, la situation à Mayotte n’a cessé de se dégrader ces derniers mois, mettant gravement en cause l’état de droit. Cette situation appelle désormais une réaction unanime et forte de la part de la société civile et des autorités responsables ».

« Vivre ensemble comme des frères »

D’où cet appel lancé en conclusion : « Nous appelons tous les Réunionnais, au-delà de leur confession ou opinion, et spécialement les responsables associatifs, civils et politiques, à se joindre à nous pour exprimer une commune solidarité réunionnaise face à la crise que traverse Mayotte ».

Plus de 200 personnes — militants syndicaux, politiques et associatifs — ont montré à quel point peut s’exprimer la fraternité entre Réunionnais et Comoriens. D’ailleurs, l’invitation à participer à ce rassemblement s’est terminée par la célèbre citation d’un grand philosophe et militant anti-raciste du siècle dernier, Martin Luther King : « Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots ».

« Pou mazine nout domin »

Un autre événement mérite d’être cité comme exemple de la pensée créole réunionnaise créatrice d’un avenir meilleur : il s’agit des « Rencontres de l’éducation à l’environnement et au développement durable » organisées du 1er au 3 juin à Hell-Bourg par le Conseil de la culture, de l’éducation et de l’environnement (CCEE) avec plusieurs partenaires institutionnels et associatifs. Comme le dit Roger Ramchetty, président du CCEE, ces rencontres de trois jours ont eu pour objectif de « permettre aux acteurs de se rencontrer, d’initier un espace de concertation en la matière, de travailler sur un projet collectif et de mobiliser les institutions sur l’importance d’inscrire un volet éducatif dans les politiques publiques ».

Organisées dans le cadre de l’édition 2016 de la Semaine européenne du développement durable, ces rencontres ont eu un but très important : « Pou mazine nout domin ». La concertation entre Réunionnais pour mettre en œuvre de façon libre, responsable et solidaire un nouveau modèle de développement est vraiment la voie à suivre ; alon fé nout domin !

Roger Orlu


Kanalreunion.com