Alon filozofé

« … apprendre à vivre…libérer la parole… »

Billet philosophique

Roger Orlu / 26 décembre 2009

Cette semaine, en raison des contraintes du calendrier, le "billet philo" du vendredi a été reporté d’une journée. Nous voudrions le dédicacer à ce tagueur (ou tagueuse) "philosophe péi" qui, un an après ses premiers graffiti dans les rampes de Plateau Caillou à Saint-Paul, vient d’en réaliser un autre dans le virage précédent (le troisième en montant).
L’an dernier, en signant son tag "Filo 09", il avait écrit sur le mur qui entoure la stèle rendant hommage à l’accident routier du 10 novembre 1957 : « Philosopher c’est apprendre à vivre ». Rappelons que cette tragédie coûta la vie à une trentaine de personnes, suite à la chute d’un bus dans le ravin à ce virage. [1]Rappelons aussi que le 28 mars 1967, soit dix ans après, un accident identique survenu dans les Hauts de Saint-Leu à la ravine des Poux avait entraîné la mort de 29 personnes.
La photo de l’inscription de l’an dernier figure en première page de la brochure publiée cette année par le Conseil de la Culture, de l’Éducation et de l’Envrionnement de La Réunion (CCEE) sur "Les Actes de la Journée Mondiale de la Philosophie en 2008 à La Réunion". [2]
Ce premier message du tagueur était déjà très intéressant. Car il donne à la philosophie un sens profond, concret, constructif et transformateur de la société. En effet, à quoi cela sert-il de "philosopher", si cela ne nous aide pas à analyser la réalité, ses contradictions, ses évolutions et ses perspectives, afin de faire face aux épreuves de la vie et de trouver les moyens de mieux vivre ensemble ?
Le nouveau message du graffiteur pour cette année est aussi intéressant. C’est un nouvel appel à donner un sens et un contenu émancipateurs à la philosophie : « Philosopher pour libérer la parole ». Cette idée fait penser au livre de l’UNESCO publié en 2007 sous le titre : "La philosophie, une école de la liberté".
Or, nous connaissons toutes les oppressions dont est victime le peuple réunionnais aujourd’hui, en termes socio-économique, culturel, médiatique et politique. Et si nous pensons au tag, ces questions se posent : la parole du Réunionnais est-elle libre ? Quel Réunionnais a droit à la parole sur les questions essentielles du pays ? Qui est le maître de l’expression et du pouvoir dans cette île, toujours colonisée d’une certaine façon ?
Donc merci à ce grapheur pour son message. Pour une amie, à qui nous en avons parlé, il nous montre que « nou pé filozofé partou dann somin, pa sèlman dann salon ». Et son mari d’ajouter, en faisant allusion au site de ces graffiti : « La philosophie gagne à prendre de la hauteur, tout en restant branchée sur les réalités de la vie à changer ».
En tout cas, nous serions heureux de faire la connaissance de la personne qui s’investit dans cette tâche militante, afin de soutenir sa conception de la philosophie. En même temps, cette personne anonyme reste bien sûr entièrement libre de se faire connaître ou non à des ami(e)s.

Roger Orlu

* Merci d’envoyer vos critiques, remarques et contributions afin que nous philosophions ensemble… ! temoignages@wanadoo.fr

[1La même inscription — moins lisible, pour des raisons techniques — avait été mise dans le virage suivant (en montant les rampes).

[2Les personnes intéressées par cette brochure peuvent l’obtenir en appelant le tél 06 92 03 60 61.


Kanalreunion.com