Alon filozofé

Comment surmonter nos contradictions ?

Billet philosophique

Roger Orlu / 23 septembre 2016

Suite aux divers billets philosophiques consacrés ces dernières semaines à la culture des valeurs humaines comme l’amour de l’humanité, la solidarité, etc., un ami de la philo à La Réunion nous a fait part d’une suggestion intéressante : il ne faut pas oublier les contradictions de nos sociétés qui mettent en cause la mise en œuvre concrète de ces valeurs. Allons donc essayer de réfléchir en quelques mots aux voies et moyens de surmonter ces contradictions. 


JPEG - 25.6 ko
Farouk Issop à sa conférence sur ‘’Islam, un message d’amour’’.

Samedi dernier à la bibliothèque Alain Peters du Moufia, le public a eu l’immense bonheur de mieux connaître un nouveau grand philosophe réunionnais, à la fois très compétent et défenseur de valeurs fondamentales. Il s’agit de Farouk Issop, spécialiste des sciences islamiques et philosophiques, qui a tenu — en créole et en français — une conférence-débat sur le thème de ‘’l’islam, un message d’amour’’.

À cette occasion, Farouk Issop a notamment exposé en détail comment « le Coran est un guide d’amour », que « selon la tradition coranique, pour devenir humain, il faut être en dialogue avec l’autre » et que « la paix et l’amour sont liés à la justice, contre les inégalités, avec une répartition juste des richesses pour une société équitable ». Dans ce combat, dit-il, nous sommes particulièrement confrontés aux « médias financés par la publicité au service du profit des multinationales », qui font que « nous passons souvent notre temps à créer des barrières par nos comportements, alors que nous ne devons être ni arrogants ni prétentieux ».

« Combattre l’individualisme »

Le lendemain sur la chaîne télévisée Arte, on a pu en savoir plus — dans un magnifique documentaire — sur le philosophe chinois Confucius, qui a consacré sa vie (vers 555 – 479 avant J.-C.) à faire avancer sa « doctrine politique, philosophique et morale pour l’harmonie ; une philosophie pour l’humanisme et la moralité ». Comme il s’est battu avec ses disciples « pour gouverner autrement en faveur d’une société harmonieuse » et « pour penser aux autres, aux relations avec les autres, pour l’empathie avec les autres dans la famille, dans l’État… », Confucius a été « combattu par ses adversaires politiques », souligne cette émission.

Mais cela ne l’a pas empêché de faire preuve d’une grande détermination, au point de parcourir un voyage long et pénible dans plusieurs royaumes de la Chine pour convaincre avec ses disciples les chefs d’État et citoyens de « pratiquer la coopération, combattre l’individualisme, être fidèles à leurs ancêtres ». Voilà pourquoi, comme le dit Arte, « le confucianisme a marqué le monde entier » et n’oublions pas que le peuple réunionnais fait partie des héritiers de cette philosophie dans son interculturalité.

Les clés d’un avenir d’amour, de justice et de paix

Sur cette base, on peut se poser la question : quelle est l’importance, le contenu, le style et le sens des échanges entre citoyens pour trouver une entente afin de changer notre société et résoudre ses contradictions ? Autre question : quelle est notre détermination personnelle et collective dans les engagements que nous pouvons prendre afin de créer les conditions d’un développement durable, solidaire et responsable de notre pays ?

Quand la priorité pour certains politiciens est de cultiver la haine de Paul Vergès et de ses camarades communistes qui sont au service de notre peuple, ousanousava ? É kosa nou fé pou donn anou la min pou libèr nout péi ? Les relations que nous entretenons les uns avec les autres face aux défis à relever ne sont-elles pas une des clés d’un avenir d’amour, de justice et de paix dont nous ont parlé cette semaine Farouk Issop et Confucius… ?

Roger Orlu


Kanalreunion.com