Alon filozofé

Daniel Singaïny : « i fo nou lé uni »

Billet philosophique

Roger Orlu / 28 mai 2010

Ce mercredi 26 mai, s’est déroulé le premier “Café Philo Solidarité” organisé par le Cercle Philosophique Réunionnais au bar du Virgin Mégastore à Saint-Denis. L’invité à cette rencontre était Daniel Singaïny, prêtre hindou à la “Sapèl la Mizèr” de Villèle à Saint-Gilles les Hauts, grande figure du monde culturel et politique réunionnais. Il a présenté son dernier livre (“Moin lé mizèr, moin lé an langouti, mé moin lé in rézistan, moin lé dobout !”) et il a débattu de ses idées avec les participants. (1) Plus d’une vingtaine de personnes ont participé à ce premier “Café Philo”, organisé en partenariat avec la grande librairie dionysienne de la chaîne Virgin, dont la directrice, Sandra Crouard, a salué l’ouverture. Le vice-président du Cercle philosophique Réunionnais, Antoine Pitchaya, a accueilli le public, où il y avait beaucoup de jeunes ; il a remercié les partenaires de cette initiative et il a présenté l’invité, Daniel Tévanin-Singaïny. Celui-ci a notamment raconté plusieurs épisodes pénibles de ses 42 ans de vie militante — religieuse, culturelle et politique — évoqués dans son livre. Un ouvrage passionnant, illustré de belles photos et destiné essentiellement à « passer le flambeau à la jeunesse réunionnaise, qui doit se préparer à prendre en mains l’avenir de son pays ». Il y rappelle en particulier les tragédies et les épreuves vécues dans les années 50 – 70 par de nombreux démocrates réunionnais, victimes des fraudes électorales violentes et de la répression judiciaire.

Un appel à la jeunesse réunionnaise

Interrogé par un groupe de jeunes étudiant(e)s infirmier(e)s sur les liens entre la religion et la santé, Daniel Singaïny a souligné que la culture réunionnaise en général — y compris les “zèrbaz médisinal” — peut jouer un rôle important face aux souffrances physiques et mentales et dans la guérison. Il a exalté les richesses de la diversité culturelle réunionnaise, son métissage et son unité, en dénonçant le fait que « le système colonial a lavé notre cerveau, traité certaines religions de sorcellerie et divisé les Réunionnais pour mieux régner ». Il a également appelé la jeunesse réunionnaise à préparer l’indépendance de son pays pour construire une société plus équitable, libérée de toutes les discriminations ethniques et sociales héritées de l’esclavage, de l’engagisme et de la colonisation. Mais il a insisté sur le fait que ce combat pour la libération de notre peuple doit se faire dans la tolérance et dans le respect de chacun.

Solidaires des luttes de libération du peuple réunionnais

Sur la question de savoir si les religions peuvent contribuer — et comment — à la lutte des Réunionnais pour se libérer de toutes les formes de pauvretés, d’inégalités, d’oppressions et de mépris dont ils sont victimes, Antoine Pitchaya, spécialiste de la civilisation indienne, a déclaré que les fidèles des différentes croyances religieuses doivent déjà se connaître davantage les uns les autres pour surmonter leurs préjugés et leurs contradictions. D’ailleurs la présence à cette rencontre d’une personnalité comme Idriss Issop-Banian, président du Groupe de dialogue inter-religieux de La Réunion, a encouragé cette démarche. Pour sa part, Daniel Singaïny, en soutenant cette idée, a mis aussi l’accent sur plusieurs autres pistes de réflexion : « il faut utiliser la religion dans le bon sens, pou libèr anou, pas pour se soumettre et se résigner ; i fo nou trouv in térin d’antante pou fé toute sak i dépan de nou ; i fo nou lé uni, parske plis nou lé divizé, plis lé pli rish va komann anou ». Réfléchir et échanger des idées sur les façons dont nous pouvons être solidaires des luttes de libération du peuple réunionnais : voilà peut-être un des sens de ce "Café Philo Solidarité"…

Roger Orlu

* Merci d’envoyer vos critiques, remarques et contributions afin que nous philosophions ensemble… ! redaction@temoignages.re (1) L’invité du prochain "Café Philo Solidarité", le mercredi 30 juin de 16 heures 30 à 18 heures, sera Stéphane Hoarau, avec l’équipe de "Point d’orgue", la revue créole bi-annuelle de l’océan Indien. Ils présenteront notamment le numéro 3, paru récemment sous le titre "Batarsité". Débat libre et ouvert à tous.


Report des manifestations du Mois de l’Afrique

Ghislaine Bessière, responsable de l’association Rasine Kaf, a fait savoir ce jeudi 27 mai au secrétariat du Cercle philosophique Réunionnais que les manifestations annoncées pour les 29 et 30 mai au Jardin de l’État à Saint-Denis ont été reportées à une date ultérieure en raison d’un retard des subventions attendues par les organisateurs.


Kanalreunion.com