Alon filozofé

« Débarrassez-vous de la jalousie ! »

Billet philosophique

Témoignages.re / 2 août 2013

La chanson malgache "Fialonana" ("Jalousie"), du célèbre groupe Ny Antsaly, présentée le 12 juillet dernier au Théâtre Sous les Arbres du Port, dans le cadre du magnifique spectacle organisé par l’association Ny Valiha, suscite des réflexions philosophiques. En effet, les créateurs de cette chanson — en particulier le renommé auteur, compositeur et artiste Sylvestre Benjamin Randafison, décédé il y a dix ans — lui ont donné un sens qui va bien au-delà des problèmes conjugaux auxquels fait penser son titre. Quel est ce sens ?

JPEG - 37.8 ko
Le spectacle de l’association Ny Valiha le 12 juillet au Port, où fut notamment présentée la chanson "Jalousie" pour dénoncer les méfaits de ce comportement.

"Témoignages" a publié mardi dernier le texte intégral du chant "Fialonana", à la fois dans sa version malgache et française. Et lors de son annonce au public, dix-huit jours plus tôt au Port, les animateurs l’ont présenté comme un appel très fort sous le titre : « Débarrassez-vous de la jalousie ! ». Mais pourquoi et comment ?

De fait, et c’est cela notamment qui est très intéressant, les paroles de la chanson ne concernent pas seulement les relations conjugales, avec les problèmes parfois pénibles voire dramatiques suscités par la jalousie dans certains couples. En effet, ce chant évoque avant tout les graves conséquences des « discriminations entre frères et sœurs » lorsqu’elles génèrent des jalousies et font de celles-ci « l’ennemi de la famille » .

Des effets criminels

Selon le groupe malgache Ny Antsaly, la jalousie est terriblement dangereuse, au point de « détruire l’essence de notre âme » , car elle peut avoir des effets criminels, comme le montrent les tragédies « d’Adam et Ève » ou « l’histoire de Caïn, qui a tué son propre frère » . En effet, « si la famille se dispute, c’est à cause de la jalousie » et « ce qui salit ce qui est propre, c’est la jalousie », nous dit la chanson.

Et comment ne pas étendre le contenu de ces concepts de « famille » comme de « frères et sœurs » à l’ensemble de notre société et à l’humanité ? Ne voit-on pas tous les jours dans notre pays et dans le monde entier les effets négatifs voire tragiques de la jalousie dans les relations injustes entre les personnes mais aussi entre les classes sociales les plus riches et les plus pauvres ?

Non à la recherche de l’entente sur l’intérêt commun ?

De fait, la jalousie consiste à considérer l’autre comme un objet à mon service, à le combattre voire à l’éliminer, au lieu de se consacrer avant tout à la recherche de l’entente sur l’intérêt commun. Si je n’obtiens pas de l’autre de quoi satisfaire mes envies et intérêts personnels — alors que c’est cela ma priorité et qu’il n’est pas question de dialoguer avec l’autre à ce sujet pour régler ce problème de façon équitable —, je deviens jaloux à fond la caisse et l’autre va le payer très cher !

Mais nous devons aussi être conscients que les comportements marqués par la jalousie s’inscrivent dans la logique de l’idéologie bourgeoise dominante, liée à un système économique dominé par la loi du profit et donc la compétitivité plutôt qu’à la lutte pour l’égalité, la solidarité, la fraternité et donc la liberté. Dans ce cadre, est-ce que l’on mesure la gravité des dégâts de la jalousie dans les organisations syndicales, politiques et associatives de La Réunion face au devoir de la libération du peuple réunionnais ? Donc, comme disent nos sœurs et frères malgaches du groupe Ny Antsaly, alon débarass anou de la zalouzi dan nout péi !

Roger Orlu

(*) Merci d’envoyer vos critiques, remarques et contributions afin que nous philosophions ensemble… ! redaction@temoignages.re


Kanalreunion.com