Alon filozofé

« Engagez-vous ! »

Billet philosophique

Roger Orlu / 8 avril 2011

Continuons à réfléchir aux suites des dernières élections cantonales. Cela, afin de prendre conscience des changements considérables et des nouvelles avancées historiques que le peuple réunionnais pourra donner à sa société, s’il a la volonté politique individuelle et collective de créer les conditions de ces transformations.

Afin d’illustrer concrètement les perspectives pleines d’espérance qui viennent d’être créées par les Réunionnais lors de la création de la nouvelle majorité de progrès à la direction du Conseil général de La Réunion, nous vous invitons à lire avec attention des déclarations de deux grands penseurs et acteurs de notre pays. Les premières sont celles de Nassimah Dindar lors de sa réélection à la présidence du Département par une large majorité (deux-tiers des conseillers généraux) et riche à la fois de sa diversité et de son unité.
Voici quelques extraits très importants de cette allocution : « Aujourd’hui, cette nouvelle et très large majorité est forte d’une légitimité populaire qui nous remet en ordre de marche comme une véritable nouvelle force politique et d’action aux côtés des Réunionnais. Oui, cette majorité de progrès préfigure une nouvelle gouvernance, de nouvelles aires d’influence : nous sommes en quelque sorte sur la même cordée car notre objectif est commun : notre objectif est La Réunion. Je veux que nous mesurions toutes et tous le formidable enjeu que représente cette gouvernance. (…)

Une période décisive

Le mandat qui s’ouvre correspond à une période décisive pour l’avenir de La Réunion. Entre 2011 et 2014, des échéances de différente nature interviendront et auront une influence décisive sur notre situation. (…) Nous devons nous préparer à tous ces rendez-vous. C’est dire combien cette période est déterminante ; elle va correspondre à celle où La Réunion doit prendre en main son destin pour retrouver durablement les moyens de sortie de crise. (…)
La polémique ne permet jamais d’avancer. Les Réunionnais attendent des responsables politiques la détermination intransigeante qui transcende les clivages dans le seul bénéfice d’une cohésion sociale renforcée ».
(1)

« Prendre ses responsabilités »

Seconde citation que nous vous proposons : c’est l’extrait du blog de Paul Vergès paru dans "Témoignages" de mardi dernier, qui analyse également les résultats de ces cantonales. « Il faut voir dans cet événement un pas décisif dans le fonctionnement démocratique, le respect des opinions des uns et des autres, et se féliciter d’un élargissement renforcé sur la base de principes acceptés par tous. Là est l’essentiel. (…)
Serons-nous à la hauteur de ce rendez-vous de la responsabilisation pour élaborer nous-mêmes un plan de développement durable ? Le processus électoral qui s’est déroulé sur les trois dernières semaines est surtout un point de départ pour amplifier l’élargissement permettant à La Réunion de faire face à ce rendez vous historique. 2011 sera marquée par un grand débat démocratique pour que chaque Réunionnaise et chaque Réunionnais, et plus particulièrement les jeunes, s’engagent et prennent toutes leurs responsabilités ».

« Le scandale majeur »

Que chaque citoyen réunionnais s’engage pour être un acteur libre et responsable du développement durable de son pays ? C’est précisément l’appel que lance à 93 ans l’ancien résistant et diplomate français Stéphane Hessel dans son nouveau livre : "Engagez-vous !". Après avoir créé un phénomène mondial avec la publication de son ouvrage "Indignez-vous !" (déjà 1 million et 600.000 exemplaires vendus), diffusé dans 17 pays, ce grand militant progressiste appelle les jeunes à faire vivre l’esprit de la Résistance.
Dans un entretien avec "l’Humanité-Dimanche" du 31 mars, Stéphane Hessel souligne qu’« il ne suffit pas de s’indigner de "l’injustice du monde", comme s’il s’agissait d’un vaste panorama. Il faut ensuite s’engager très concrètement. (…) En France, comme partout dans le monde, le scandale majeur est économique ; c’est celui des inégalités sociales, de la juxtaposition de l’extrême richesse et de l’extrême pauvreté ». Il ajoute que « voter est une forme d’engagement, mais cela ne suffit plus » parce que « le fonctionnement démocratique des institutions exige l’engagement des citoyens ». Eh bien engageons-nous pour libérer notre pays !

Roger Orlu

(*) Merci d’envoyer vos critiques, remarques et contributions afin que nous philosophions ensemble… ! redaction@temoignages.re

(1)
Voir l’intégralité des cette allocution dans "Témoignages" du vendredi 1er avril, ainsi que l’entretien avec Nassimah Dindar dans notre édition du mardi 5 avril.


Kanalreunion.com