Alon filozofé

Faut-il opposer l’amour et la réflexion ?

Billet philosophique

Roger Orlu / 18 février 2011

Sous le titre « Vous avez dit "éducation" ? », M. François Maugis, de Saint-Denis, a envoyé un courrier de lecteur à la presse, suite à la publication par certains journaux du communiqué du Cercle philosophique réunionnais (« La filo pou bann marmay lé gayar ! » — voir "Témoignages" du mardi 8 février) attirant l’attention du public sur la diffusion dans plusieurs salles de cinéma de l’île du film "Ce n’est qu’un début". Rappelons que ce documentaire, produit par la Réunionnaise Cilvy Aupin et consacré à un "atelier philosophie" dans une classe de maternelle, sera encore projeté lundi et mardi prochains au Rex de Saint-Pierre à 18 heures.

Voici donc ce qu’écrit M. Maugis : « J’ai bien aimé le film "Ce n’est qu’un début" vanté par le Cercle philosophique réunionnais, mais pas du tout cette phrase publiée dans le courrier des lecteurs par ce même cercle : "de nombreux critiques de cinéma ont salué les qualités de ce film, où l’on apprécie beaucoup de voir et d’entendre comment des enfants peuvent et doivent apprendre à réfléchir dès leur plus jeune âge en école maternelle sur les questions de leur existence".
Il ne faut à mon sens rien comprendre à l’éducation pour oser penser que l’on doit apprendre aux enfants à réfléchir. L’enfant est curieux de nature. Et si l’on ne contrarie pas cette curiosité naturelle, il apprendra très vite toutes les choses de la vie, à condition bien sûr de répondre intelligemment à toutes ses questions.
90% d’amour et 10% d’orientation, voilà pour moi l’éducation idéale. Malheureusement, comme de mauvais jardiniers, la plupart des adultes remplacent cette formule par 10% d’amour et 90% de redressement ! Dans un environnement favorable, une plante pousse droit et fort. Si elle est tordue et a besoin de support, c’est que le terrain a été mal préparé par le jardinier. Apprenons à élever correctement nos enfants avant de vouloir leur apprendre à réfléchir ! ».

L’importance de l’amour

Nous remercions M. Maugis pour sa contribution au débat entre Réunionnais sur la place importante que devrait avoir la philosophie dans notre système éducatif. D’autant plus qu’il met l’accent sur un élément essentiel de l’éducation des enfants, à savoir l’amour.
La culture du lien social, de l’égalité, de la solidarité, de la tendresse, du bonheur commun, du dialogue fraternel et du militantisme bénévole est un des soubassements fondamentaux de notre vivre-ensemble. En cela, nous apprécions donc le point de vue de M. Maugis.

« Valoriser cette innovation pédagogique »

En même temps, il est intéressant de savoir que pour l’association Philolab, qui travaille pour la promotion de l’enseignement et de la pratique de la philosophie, « les pratiques de philosophie avec les enfants, particulièrement à l’école, bénéficient depuis 2006 du soutien officiel et d’une politique active de promotion de la part de l’UNESCO, qui y voit une "école de la liberté" et de la démocratie. D’après les recherches de Michel Tozzi, professeur émérite en Sciences de l’éducation à l’Université Montpellier 3 (didactique de la philosophie), les bénéfices concernent aussi bien le domaine langagier, social, éthique, psychologique, réflexif que didactique ».
Rappelons aussi que la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE) milite pour la généralisation de ce type de pratiques dans un maximum d’écoles. Selon elle, « il faut valoriser cette innovation pédagogique ».
Citons enfin la revue "Sciences Humaines" de décembre 2010, pour qui « cet éveil à la philosophie permet d’ouvrir les enfants à la réflexion, à l’argumentation et à l’écoute de l’autre ».
Faut-il donc opposer l’amour et la réflexion ? Ne peut-on pas et ne faut-il pas lier l’un à l’autre ?

Roger Orlu

(*) Merci d’envoyer vos critiques, remarques et contributions afin que nous philosophions ensemble… ! redaction@temoignages.re


Kanalreunion.com