Alon filozofé

Halte aux « salauds » de diviseurs !

Billet philosophique

Roger Orlu / 2 décembre 2011

Un événement qui s’est produit la semaine dernière à l’Université de La Réunion nous incite à poursuivre la réflexion sur une des problématiques fondamentales dont nous avons parfois du mal à prendre conscience. Et pourtant elle est au cœur des défis à relever par le peuple réunionnais comme par l’humanité…

Le jeudi 24 novembre dernier, dans le cadre de la 3ème édition de son éco-festival "Les Mains Vertes", l’association Arterre a organisé une visio-conférence extrêmement intéressante à l’amphi Cadet du Campus universitaire dionysien sur "Les enjeux de l’autosuffisance alimentaire". Un échange très riche d’idées a eu lieu entre le public et la présidente d’Arterre, avec le conférencier à 10.000 km, Pierre Rabhi, un agriculteur philosophe, qui appelle à l’« insurrection des consciences » pour « fédérer ce que l’humanité a de meilleur et cesser de faire de notre planète-paradis un enfer de souffrances et de destructions ».
Comme cela est également dit sur son site, ce grand humaniste français d’origine algérienne est un des pionniers de l’agriculture biologique, qui défend un mode de société plus respectueux des humains et de la planète. Depuis 1981, il transmet son savoir-faire dans les pays arides d’Afrique et en Europe, cherchant à « redonner leur autonomie alimentaire aux populations ». Il est aujourd’hui reconnu expert international pour la sécurité alimentaire et a participé à l’élaboration de la Convention des Nations Unies pour la lutte contre la désertification. Il est l’initiateur du Mouvement pour la Terre et l’Humanisme.

« Une convergence »

Lors de ses échanges avec les Réunionnais qui ont bien rempli cet amphithéâtre à l’Université, Pierre Rabhi a confirmé les dernières interventions publiques de Paul Vergès et Élie Hoarau comme celles qui datent de dizaines d’années sur la gravité extrême des conséquences de la politique dominante sur le plan international comme à La Réunion. Selon lui, « la pénurie alimentaire qui frappe des milliards de personnes dans le monde va augmenter et nous ne sommes pas suffisamment conscients de notre inconscience de la stupidité et de la méchanceté de la loi du profit absolu imposée par la minorité qui génocide l’humanité ».
Pour Pierre Rabhi, « il faut mettre en place une alternative sociale, pas seulement écologique, en repensant notre présence sur cette planète, car les injustices de nos comportements menacent la survie de l’humanité, en mettant un terme à la loi du marché et du profit, à l’accaparement continu des plus riches et à la confiscation du bien commun par les multinationales, sinon les émeutes vont s’amplifier partout ».
Pour atteindre cet objectif, Pierre Rabhi a plaidé pour « une convergence des citoyens lucides, partisans d’un changement de société, en évitant les clivages et les antagonismes. L’humanité doit prendre conscience de son unité face au système actuel, qui est antagoniste, diviseur et opposé à un vivre ensemble apaisé, libre, responsable ».

L’engagement

À l’échelle de La Réunion, ce combat pour la liberté, la responsabilité et la solidarité réunionnaises est plus que jamais d’actualité, comme le soulignent chaque jour des militants syndicaux, politiques et associatifs. Il se trouve que dans le dernier numéro de "Philosophie Magazine", un gros dossier est consacré à un « grand philosophe de la liberté » que fut Jean-Paul Sartre ; et l’ancien résistant Stéphane Hessel, dans son hommage à ce penseur qui « n’a jamais renoncé à s’engager », rappelle notamment que « l’être humain ne peut s’en remettre à un dieu ou à un maître ; il doit s’affirmer lui-même, conquérir sa propre liberté et dans ce devenir, l’engagement est essentiel ».
Dans ce dossier, Philippe Cobestan, professeur de philosophie en classes préparatoires, souligne que pour Sartre, « l’homme est condamné à être libre, (…) pour l’homme, être signifie être libre, (…) donc c’est à lui, et à lui seul, de choisir s’il veut être ou non un salaud ».
Voilà donc un des problèmes essentiels auxquels nous sommes confrontés : celles et ceux qui ne veulent pas que le peuple réunionnais soit libre et responsable de construire enfin un développement durable et solidaire de son pays — cela afin de perpétuer le système néo-colonial dont ils profitent à fond la caisse — font tout pour diviser ce peuple. C’est pourquoi, en reprenant une des idées émises dans le "Manifeste pour une pensée créole réunionnaise" qui vient de paraître [1], nous disons avec force, en reprenant le terme du philosophe cité plus haut : halte aux « salauds » de diviseurs de notre peuple ! Et vive la liberté !

Roger Orlu

(*) Merci d’envoyer vos critiques, remarques et contributions afin que nous philosophions ensemble… ! redaction@temoignages.re

[1Le livre est disponible en librairie (12 euros), distribué par Océan Éditions. Il peut aussi être téléchargé sur le site Numilog en version ebook pour 6 euros.


Kanalreunion.com