Alon filozofé

« I fo nou rézis kont nou minm » « Assé pléré, alon luté ! »

Billet philosophique

Témoignages.re / 11 mars 2011

Comme vous le savez, cette rubrique philo du vendredi est ouverte aux lecteurs de "Témoignages" car nous voulons cultiver cette idée de "alon filozof ansanm". Or, après la table ronde organisée le 1er mars dernier par le Cercle philosophique réunionnais sur la problématique de la résistance à La Réunion aujourd’hui (voir "Témoignages" de vendredi dernier), nous avons reçu deux contributions intéressantes à cette question. Nous en publions des extraits ci-après.

Dépi ké néna demoun si la tèr, sétaki lé oblijé rézisté, é le premyé rézistans i fo nou fé, sé kont nou minm !
I fo nou rézis kont nou minm po pa rès dann li le matin, po lévé, po fé in nafèr, po tashmanyèr fé in nafèr itil po nou minm é si posib po lé zot.
I fo nou rézis kont nou minm po pa lès la gal mont si nout tèt.
I fo nou rézis kont nou minm po pa lès marmay dann malizé.
I fo nou rézis kont nou minm po pa bèz in kalote dan la gèl shak fwa néna inn i rapèl anou ké nou sé dèrnyé ras apré le shyin.
I fo nou rézis kont nou minm po pa kashyèt déyèr inn rak ou inn kalit.
I fo nou rézis kont nou minm po pa krèv la gèl ouvèr sou in pyé tamarin.
I fo nou rézis kont nou minm po ni in gro pwason san manj tout bann ti pwason, nout zansyin kamarad nou marsh si la tèt tèl nou lé anlèr.
Mwin lé sir in nafèr : sé ke le premyé monn i fo nou rézis kont pars li réspèk pa lidantité réyoné, sé le Réyoné li minm !
Si demonn an déor i wa ké nou réspèk anou nou m inm, déja li nora réspé po sa.
Parèy si li wa nou néna linité otour nout kiltir, pa in panyé krab konm i pé war toultan.
Le problinm, sé ké demonn déor i profit nout zyé lé plin malol po li antretenir anou dan nout féblès, po sépar nou, lé pa byin difisil, solidarité lé pa kréol.
Ala, dézolé po le koudkèr, mé si nou fé konm sik la fot lé ryink po lé zot, na koup la bransh desou nout boyo nou minm !
Nartrouv.

Richard Dijoux

N’oublions jamais la nécessité de nous battre pour unifier notre classe ouvrière, rassembler notre peuple qui souffre ; c’est la condition essentielle de la victoire sur la bourgeoisie impérialiste et ses laquais réunionnais. Cette union doit se faire dans le respect de la plus grande démocratie, du pluralisme. Et c’est dans la lutte collective que le peuple réunionnais construira son homogénéité et "accouchera" de son projet alternatif, indépendamment de l’appareil d’État (bourgeois, colonialiste) et de ses institutions, car il est fait sur mesure pour opprimer le peuple travailleur.
Nous nous battons pour que le peuple réunionnais puisse décider librement de son destin et nous combattons le chantage de l’État français qui consiste à dire : si vous voulez être libres, vous vous passerez de notre aide financière ; c’est le chantage au largage, insupportable.
Nous on se bat pour des droits : le droit d’avoir une vraie éducation/formation et l’accès à une santé de qualité, un vrai travail, avec un vrai salaire, pour avoir un vrai logement, la possibilité de circuler dans l’île et la région, bref, les moyens d’être libres et responsables. C’est pour cela que nous exigeons de savoir ce que l’on fait de notre argent, nos impôts (directs, indirects) et de la "solidarité nationale" (les transferts publics), du fait que nous ne possédons ni mines, ni gisements pétroliers et que l’on n’a rien fait pour développer ce pays !
On aura donc beau fustiger "les gens" qui passent leur temps à faire du shopping ou à regarder des feuilletons imbéciles, mais on ferait mieux de se demander pourquoi ils se comportent comme cela, analyser quelles contradictions ils vivent, pour dépasser ces contradictions (dans le cadre d’une lutte collective) et pour qu’ils prennent conscience de ce qui se passe, au lieu de leur faire la morale, culpabilisante, infantilisante, décourageante !
Assé pléré, alon luté !

Yves Daniel Thébault

(*) Merci d’envoyer vos critiques, remarques et contributions afin que nous philosophions ensemble… ! redaction@temoignages.re



Un message, un commentaire ?



Messages






  • zot y koné in zaffair : na in tan moin la kontak in tas kréoles pou fé rectifier in texte té y date éké té y favorize rienk band’zoreil,dernier minite toute’la largue à moin tout seul,à koze moin té vé envoye in lettre mitterrand pou rovoir lo zaffair.çate moin na pou di,y fo pa fé semblant,y fo zot lé bien soudé pou arriv’fé in zaffair y tenir la route pou gaingne défend’zot droits,lo droit lé pa solement pou çate na na l’arzent.
    na l’inzistice si la planète,tout ça rienkpou l’arzent !

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com