Alon filozofé

« I have a dream »

Billet philosophique

Roger Orlu / 3 janvier 2014

"Témoignages" a déjà rendu compte de cet événement très intéressant qui s’est déroulé le mardi 31 décembre dernier à l’Espace Citoyen de Saint-Paul, où plus d’une centaine de Réunionnaises et Réunionnais venu(e)s de toute l’île se sont retrouvé(e)s pour inaugurer publiquement le compte-à-rebours de l’abolition de l’extrême pauvreté dans notre pays d’ici le 31 décembre 2015, comme s’y sont engagés 193 États, dont la France. Cela, dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le Développement fixés par l’Organisation des Nations Unies au niveau planétaire en l’an 2000. Nous allons revenir sur cet événement, qui suggère des réflexions sur les actions à mener pour atteindre cet objectif à La Réunion.

JPEG - 53.8 ko
Martin Luther King. « Je ne veux laisser derrière moi qu’une vie de dévouement ».

Parmi ce qui a marqué cette rencontre au siège du Comité de l’Appel de l’Ermitage, il y a le fait qu’un grand nombre d’organisations syndicales, politiques et associatives de La Réunion se sont rassemblées, dans le respect de leur diversité, pour proclamer ensemble l’union réunionnaise en faveur de cette grande cause humaine essentielle qui est l’abolition de l’extrême pauvreté dans notre pays d’ici deux ans au plus tard. Parmi ces organisations solidaires, il y avait notamment des associations humanitaires comme ATD Quart-Monde, la Banque Alimentaire des Mascareignes, le Comité des Chômeurs et des Mal Logés du Port mais aussi des associations socio-culturelles comme Les Indignés-Collectif 974, l’Alliance des Jeunes pour la Formation et l’Emploi des Réunionnais (AJFER – Nou lé kapab), les Femmes Solidaires pour l’Emploi, Amnesty International, l’Association pour la Promotion du Génie Collectif Réunionnais, le Cercle Philosophique Réunionnais, ainsi que des organisations politiques comme le Parti Communiste Réunionnais et La Politique Autrement.
Ce qui est important, c’est que toutes les personnes qui sont intervenues ont plaidé dans le même sens pour l’union réunionnaise autour de propositions concrètes afin de faire respecter les droits humains des plus pauvres à La Réunion. Voilà un message fort face aux diviseurs des Réunionnais ayant pour priorité la défense de leurs avantages personnels au détriment du bien commun de notre peuple.

Passer du rêve à la réalité…

Parmi ces interventions, nous retiendrons celle d’Éric Camian, un militant humaniste qui a proclamé à plusieurs reprises cette célèbre parole du pasteur protestant et militant politique américain Martin Luther King proclamée en 1963 contre le racisme dans son pays : « I have a dream » (« j’ai un rêve, qu’un jour mes quatre enfant vivront dans une nation où ils ne seront plus jugés pour la couleur de leur peau mais pour leur caractère »). Et le « rêve » d’Éric Camian est notamment le suivant : « Allons partager nos richesses pour donner aux plus pauvres les moyens de vivre décemment ».
Comme l’a montré Martin Luther King — au point de finir assassiné en 1968 —, il ne se contentait pas de "rêver" ou d’exprimer un "rêve", des vœux et des souhaits, ni de faire semblant de faire quelque chose mais il se souciait surtout d’agir et de se battre tous les jours avec ses compatriotes solidaires pour réaliser ensemble leur projet commun. Voilà un sens exemplaire à donner à nos engagements afin de passer du rêve à la réalité…

Un autre "dream" à réaliser

Cela nous fait réfléchir aussi aux combats essentiels à mener ensemble à présent pour La Réunion, afin de régler les problèmes de notre société. À ce sujet, il y a bien sûr les mesures d’urgence à demander à l’État français, comme par exemple celles qui ont été rappelées mardi dernier par le Comité de l’Appel de l’Ermitage.
Mais le fond du problème à poser n’est-il pas la question du pouvoir de décision dans notre pays ? Quelles que soient les solutions détaillées que l’on peut imaginer pour construire un avenir meilleur pour La Réunion, la solution principale, qui est la clé de tout, n’est-elle pas que ce soit le peuple réunionnais — dont notamment les plus pauvres — qui décide lui-même ce qu’il faut faire ici à La Réunion, dans le cadre d’un partenariat équitable avec la République française et l’Union européenne mais aussi dans le cadre d’un co-développement régional solidaire ? Un autre "dream" (rêve) à réaliser…

Roger Orlu

(*) Merci d’envoyer vos critiques, remarques et contributions afin que nous philosophions ensemble… ! redaction@temoignages.re


Kanalreunion.com