Alon filozofé

Kansa lo vélo é la filo a lékol ?

Billet philosophique

Roger Orlu / 2 juin 2017

En pleine célébration de la Semaine du Développement Durable et à l’approche des élections législatives 2017, on peut se poser la question : que fait-on dans notre monde politique et institutionnel pour la culture de la responsabilité du peuple réunionnais, comme le préconise le PCR avec ses alliés, notamment ceux de La Réunion Insoumise ? Pourtant, des acteurs de la société civile, qui réfléchissent à l’avenir du pays, ne manquent pas d’initiatives pour que l’on aille tous ensemble dans ce sens…

JPEG - 88.9 ko

Que fait-on pour préparer la jeunesse réunionnaise à prendre en main l’avenir de son pays, l’aider à prendre conscience de l’importance de cette tâche et lui permettre d’assumer ses responsabilités à ce sujet dans tous les domaines ? Nous allons citer l’œuvre exemplaire accomplie à ce sujet par l’USEP (Union Sportive de l’Enseignement du Premier degré à La Réunion), qui organise ces jours-ci dans une douzaine de communes la 20e édition de son ‘’P’Tit Tour à Vélo’’.

Au moment où La Réunion est toujours soumise au système du tout-automobile au détriment d’une politique des déplacements durables, Thierry Grimaud et ses amis de l’USEP animent avec de nombreux enseignants et parents d’élèves de nos écoles primaires d’admirables randos vélo pédagogiques. De quoi encourager les élèves à se déplacer à vélo en sécurité et de manière responsable, chaque fois que cela est possible, au profit de leur santé et du bien de la planète.

« Alon mèt anou debout pou sa mèm ! »

Le bien de la planète et de l’humanité : voilà une valeur essentielle cultivée une fois de plus samedi dernier au Moufia par un grand philosophe réunionnais, Farouk Issop, lors d’une conférence consacrée à ‘’l’humanisme de l’Islam’’, « porteur de la fraternité, de la miséricorde et de l’inter-connaissance ». À cette occasion, aux côtés d’autres grands penseurs réunionnais comme Éric Magamootoo et Omar Issop-Banian, il a également cité de nombreux philosophes et religieux du monde entier qui ont consacré leur vie à lutter pour l’humanisme.

Pour Farouk Issop, « nous vivons dans un système où la politique, la communication, la société, l’environnement, l’éducation sont sous la dictature de la finance et nous manquons énormément d’amour, de liens entre la raison et le cœur ». D’où sa conclusion : « si nou mèt la min dan la min, ansanm nou pé fé avans l’humanisme dan nout péi ; alon mèt anou debout pou sa mèm ! ».

« Vivre c’est aimer »

Dans cet esprit, nous vous invitons à cliquer sur le site que nous a transmis Farouk Issop — https://www.youtube.com/watch? v=K3qYC3X25nk — pour voir et entendre des enfants proclamer une merveilleuse chanson en faveur des valeurs humaines fondamentales, comme « vivre c’est aimer » et « aimer c’est comprendre et partager ». Cela nous fait penser à l’importance de faire connaître aussi ‘’l’amour de la sagesse’’ (la philosophie) aux enfants dès le plus jeune âge, comme le préconise l’UNESCO depuis 2005, afin que le système éducatif contribue à les rendre libres et responsables. Kansa donc lo vélo é la filo a lékol ?

Mais quel est le pouvoir de décision des forces démocratiques et populaires du peuple réunionnais à ce sujet comme dans les autres domaines du développement durable (système économique, social, environnemental, culturel, institutionnel, international) ? D’où l’importance du rassemblement sans exclusive de nos compatriotes pour s’engager ensemble dans le combat afin d’entrer dans l’ère de la responsabilité.

Roger Orlu

Des marmay à vélo lors d’un ‘’p’tit tour’’ de l’USEP.


Kanalreunion.com