Alon filozofé

« L’autonomie est le maître mot aujourd’hui »

Billet philosophique

Roger Orlu / 11 avril 2014

Comme vous le savez, en dehors de quelques idées personnelles — toujours critiquables —, cette rubrique du vendredi dans "Témoignages" aime bien se faire l’écho de réflexions altermondialistes émises dans le monde mais aussi de pensées réunionnaises émancipatrices exprimées par nos compatriotes pour analyser et changer notre société. Ce sera le cas une fois de plus aujourd’hui, à partir de plusieurs événements survenus la semaine dernière et cette semaine dans diverses régions du pays.

JPEG - 33.4 ko
Michel Admette avec son épouse Marlène. « Zordi nou na ral bol, alé gout anou ! ».

Tout d’abord, nous voudrions vous parler de ce film impressionnant et très riche en idées réalisé en 2011 par Coline Serreau sous le titre : "Solutions locales pour un désordre global". Dans ce documentaire, de nombreux experts expliquent clairement comment le capital financier et les multinationales ont transformé l’agriculture dans le monde à leur profit en la rendant néfaste à l’humanité.

En effet, « avec des gouvernements vendus aux entreprises, aux spéculateurs » et « car il n’y a pas d’altruisme dans le commerce », comme le dit Pierre Rabhi dans le film, ce système a rendu la plupart des productions agricoles sur la planète gravement polluées et polluantes. Cette loi du marché a soumis une grande partie des agriculteurs à l’agro-chimie, aux pesticides, aux insecticides, aux engrais chimiques, aux organismes génétiquement modifiés (OGM) et autres poisons désastreux pour notre santé.

Se tendre la main pour un projet commun

Voilà pourquoi ce documentaire présente de nombreux exemples où des agriculteurs démontrent que « se passer des multinationales est la meilleure façon de produire » et donc de trouver des « solutions locales », car « l’autonomie est le maître mot aujourd’hui » comme dit l’un d’eux. Or l’on sait que de plus en plus d’agriculteurs réunionnais apportent leur soutien à cette grande cause humaine, en pratiquant l’agro-écologie dans des produits péi pour éviter de rendre les Réunionnaises et les Réunionnais malades.

Cette solidarité réunionnaise et cette nécessité d’une entente pour une gouvernance réunionnaise démocratique ont également été exaltées sur le plan politique mardi dernier, lors d’un « débriefing des élections municipales et communautaires » organisé par l’AID (Association Initiatives Dionysiennes), où le philosophe Bernard Pitou a regretté avec raison que « trop souvent l’énergie militante est perdue en raison des rivalités au sein des partis comme entre les diverses organisations démocratiques » et que cela aggrave le manque de démocratie dans le pays. D’où l’importance des idées émises par le penseur, sénateur et militant politique réunionnais Paul Vergès dans son entretien avec "le JIR" (édition du 3 avril), où il rappelle que « notre objectif principal est de tendre la main aux dissidents qui veulent le changement que nous désirons ».

« Solidarité ant nou zanfan kréol »

Deux jours plus tôt, dans le même journal, Yvan Dejean, secrétaire général du PCR, avait également déclaré que la priorité pour son parti « c’est d’abord un projet pour notre pays. Sur la base d’un projet, le PCR discute et échange sans exclusive ». Or, samedi dernier au Téat Plein-Air de Saint-Gilles, plus de 1.200 spectateurs ont salué avec force les talents, l’ambiance créole chaleureuse et les appels au changement exprimés par de nombreux artistes réunionnais venus célébrer le 55ème anniversaire de la belle carrière de notre "Prince du Séga", Michel Admette, décoré par le nouveau maire de Saint-Paul, Joseph Sinimalé.

Ainsi, par exemple, durant ce concert, Henry-Claude Moutou a rappelé que « si ou angaz aou pou la vi, i fo ou lé séryé » ; pour Jean-Pierre Boyer, « isi La Rényon, toulmoun lé pa kouyon » ; Edmond Euger a dénoncé le fait que « dann travay nana makrotaz, sé pou sa moin lé touzour o somaz » ; Jessika Persée a déclaré : « i fo fé rèspèkt nout sosyété » ; et Michel Admette, fortement applaudi comme les autres artistes, a exalté la « solidarité mésyé, solidarité madam, solidarité kouzin, solidarité kouzine, solidarité ant nou zanfan kréol », avec cet appel : « zordi nou na ral bol, alé gout anou ! ». De belles pensées créoles réunionnaises à méditer…

 Roger Orlu 

(*) Merci d’envoyer vos critiques, remarques et contributions afin que nous philosophions ensemble… ! redaction@temoignages.re


Kanalreunion.com