Alon filozofé

« L’avenir de l’île et le nôtre sont entre nos mains »

Billet philosophique

Roger Orlu / 1er avril 2017

Le Cercle Philosophique Réunionnais, présidé par Jean Viracaoundin, a récemment transmis à son réseau des ‘’amis de la philo à La Réunion’’ cet appel très fort lancé en septembre dernier par un philosophe à portée internationale, Edgar Morin, sous le titre « Changeons de Voie, changeons de Vie ». Quelle responsabilité devons-nous assumer en tant que Réunionnais pour mettre en œuvre cet appel dans notre pays ?

JPEG - 65.2 ko
Le magnifique logo du mouvement Bio Consom’Acteurs Réunion avec un message très fort pour la responsabilité réunionnaise.

Pour Edgar Morin, « au cours des dernières décennies, avec le déchaînement de l’économie libérale mondialisée, le profit s’est déchaîné au détriment des solidarités et des convivialités, les conquêtes sociales ont été en partie annulées, la vie urbaine s’est dégradée, les produits ont perdu de leurs qualités (…). Certes, il existe de très nombreux oasis de vie aimante, familiale, fraternelle, amicale, solidaire, qui témoignent de la résistance du vouloir bien vivre ; la civilisation de l’intérêt et du calcul ne pourra jamais les résorber. Mais ces oasis sont encore trop dispersées et se connaissent encore trop peu les uns les autres ».

D’où sa conclusion : « un humanisme approfondi et régénéré est nécessaire à notre volonté de rehumaniser et régénérer nos pays, nos continents, notre planète. La mondialisation avec ses chances et surtout ses périls a créé une communauté de destin pour tous les humains. Nous devons tous affronter la dégradation écologique, la multiplication des armes de destruction massive, l’hégémonie de la finance sur nos États et nos destins, la montée des fanatismes aveugles. (…) Nous appelons chacun à la prise de conscience nécessaire et aspirons à sa généralisation pour que soient traités les grands problèmes qui sont à l’échelle de la planète ».

Non au néo-fascisme !

Dans l’esprit de cet appel, nous pouvons citer les réflexions très intéressantes dont a fait part le mardi 21 mars dernier à la Bibliothèque Départementale de La Réunion une doctorante en socio-anthropologie, Mélanie Mezzapeza, au sujet des « représentations et réalités du quartier de La Chaumière ». La conférencière a notamment valorisé les atouts de l’interculturalité réunionnaise illustrés dans ce quartier dionysien par les apports de migrants comoriens, qui ont créé par les liens d’amitié et de solidarité « une cohabitation inter-ethnique nouvelle ».

Pour cette jeune universitaire réunionnaise, cela prouve à quel point « une harmonie de quartier » face à une « ethnicisation des rapports » et au racisme est possible grâce à « une volonté de participer à une qualité de vie commune ». Voilà pourquoi, face à ce qui se passe actuellement en France comme dans d’autres pays d’Europe face aux migrants, nous devons tous dire non au néo-fascisme !

« La tèr lé an danzé »

Enfin, une illustration de l’importance de cultiver l’union de notre peuple pour faire respecter son droit à la responsabilité dans la gestion de son pays a été donnée à l’occasion des 11 rencontres organisées dans toute l’île du 4 au 31 mars par plusieurs associations avec Bernard Astruc. Un pionnier de l’agro-bio-écologie en France, qui dénonce avec force « le bilan catastrophique de 70 ans d’agro-chimie, qui nous empoisonne tous les jours ».

D’où la belle chanson créole de Jean-Michel Parada en soutien à José Bové, l’une des figures du mouvement altermondialiste, où il nous dit : « La tèr lé an danzé, na tro d’simik ! ». D’où aussi ce magnifique logo réalisé par un collectif réunionnais avec ce mot d’ordre : « L’avenir de l’île et le nôtre sont entre nos mains », et cet appel : « Faisons tous ensemble de La Réunion la 1ère oasis agro-bio-socio-écologique de l’Océan Indien ».

Roger Orlu