Alon filozofé

L’importance de « la pleine conscience »

Billet philosophique

Roger Orlu / 17 juin 2016

Un concept très intéressant a été mis en avant ce lundi 13 juin à Saint-Denis lors de la première des conférences et méditations tenues jusqu’à la fin du mois par le Dr Jacques Vigne, psychiatre, conférencier et écrivain en visite à La Réunion à l’invitation de Régine Armoudom, de l’Association Réunionnaise des Relations et Créations Culturelles (ARCC - Shakti Academy). Il s’agit de « la pleine conscience ».

JPEG - 86.2 ko
Le philosophe Abdennour Bidar a souligné les atouts et l’espoir que peut cultiver « la mobilisation de la société civile par des engagements solidaires » grâce à la pleine conscience (voir les manifestations des syndicats réunionnais contre la loi travail).

En rappelant que pour Bouddha « l’attention est utile en toute chose », Jacques Vigne souligne qu’« être dans le présent ne dispense pas de faire un plan de vie et d’organiser celle-ci à long terme » ; voilà pourquoi, dit-il, « le développement des pratiques et études sur la pleine conscience est une révolution de fond », dont le monde entier a besoin. D’où son appel aux Réunionnais : « La Réunion, île intense, doit être dans notre conscience de manière très intense, en faisant attention au monde intérieur et extérieur avec la loi sociale universelle » ; et « l’attention juste », dit-il, exige « l’importance d’associer les paroles et les gestes ».

Cela nous amène à nous poser la question : pourquoi et comment faut-il prendre pleinement conscience de ce à quoi nous devons réfléchir et de ce que nous devons faire en priorité ? Pour répondre d’une certaine façon à cette question, le 10 juin dernier à Saint-Paul, dans le cadre de la Semaine Européenne du Développement Durable, l’ADEME et la DEAL ont organisé un débat autour d’un documentaire intitulé ‘’Demain’’, qui attire fortement l’attention sur l’importance et l’urgence de remettre en cause le système socio-économique, culturel et politique dominant.

« Faire bouger la gouvernance »

Les réalisateurs de ce film, Mélanie Laurent et Cyril Dion, soulignent en effet que « nous vivons un temps où nous voyons des crises toujours plus profondes secouer notre démocratie, notre économie, nos écosystèmes » et qu’« il faut proposer un nouvel horizon et vite ». Dans cet esprit, un organisateur de cette rencontre a notamment déclaré qu’il est indispensable de « faire bouger la gouvernance ».

D’ailleurs dans ‘’Demain’’, de nombreux experts de divers pays expliquent pourquoi et comment « il faut construire un autre monde », avec « une agriculture biologique », « des énergies renouvelables », « une économie non soumise au capitalisme », « le pouvoir au peuple avec la démocratie » et « une éducation pour que les humains fonctionnent ensemble pour changer le monde ». Voilà de quoi mieux prendre conscience de l’essentiel dans notre vie…

« Un optimiste actif »

Il se trouve que quelques jours avant, sur une chaîne de télévision en France, on a pu voir et entendre une nouvelle fois ce grand philosophe alternatif de notre temps, Abdennour Bidar, que nous avons déjà cité dans cette chronique le 27 mai dernier à propos de son ouvrage très intéressant intitulé ‘’Les tisserands’’ et sous-titré : ‘’Réparer ensemble le tissu déchiré du monde. Les liens qui libèrent’’. Dans cette émission, il a rappelé l’importance de « tisser des liens avec les autres et avec la nature », ainsi que de « rompre la fracture sociale ».

Abdennour Bidar a également souligné les atouts et l’espoir que peut cultiver « la mobilisation de la société civile par des engagements solidaires » (voir les manifestations des syndicats réunionnais contre la loi travail), en étant chacun à la fois conscient de « notre responsabilité collective » et « un optimiste actif ». Après toutes ces remarques très pertinentes et après « le cri d’alarme pour les 25 ans à venir », lancé ce mercredi 15 juin par Paul Vergès afin que l’on arrête de « nous imposer des décisions néfastes », il y a de quoi continuer à réfléchir chaque jour sur l’importance et le contenu de « la pleine conscience ».

Roger Orlu


Kanalreunion.com