Alon filozofé

Méditer pour agir

Billet philosophique

Roger Orlu / 6 octobre 2017

Ces derniers jours, à l’occasion de la Journée Internationale de la non-violence (2 octobre) et de l’anniversaire de la naissance de Mahatma Gandhi (2 octobre 1869), un grand nombre de Réunionnais-es se sont rassemblé-es pour réfléchir aux leçons à tirer des combats à portée universelle menés par ce grand philosophe et militant anti-colonialiste indien. Ce fut le cas par exemple lors de la 8e édition de la grande nuit de la méditation sur la non-violence organisée le 30 septembre à Saint-Denis par l’Association Réunionnaise des Relations et Créations Culturelles (ARRCC) et animée par Régine Armoudom, professeure de yoga dans les écoles.

JPEG - 79 ko
Gilles Sagodira, Régine Armoudom et Thierry Morfin, professeur de Kriya Yoga, autour d’un portrait de Gandhi lors de la nuit de méditation du 30 septembre pour la non-violence (ahimsa).

Un grand nombre de représentants d’associations culturelles, de professeurs, psychologues, écrivains, poètes, artistes, etc. ont apporté leur contribution aux pensées très riches exprimées durant cette nuit, qui a commencé par un ‘’Grand Mandala de Lumière’’ sur le parvis de la mairie, avec des chants et des danses pour la paix et l’amour. Et beaucoup de personnes qui portaient le flambeau de la paix ont pris la parole pendant quelques secondes « pour un monde juste et pacifique » ; l’une d’elles a lancé cet appel : « Alon donn anou la min pou libèr nout péi é pou fé de l’océan Indien in zone de pé ».

Ensuite, de nombreux conseils ont été donnés pour renforcer le génie collectif réunionnais pour la culture de la réconciliation et de la fraternité comme celle de la lumière et la douceur pour mieux organiser la résistance. Des intervenants ont aussi tracé des pistes pour être serein, apaisé, tendre, zen, clément, altruiste, raisonnable, calme, souriant… afin de mieux réfléchir, développer la compassion, chercher l’entente avec les autres, ne pas s’énerver et chercher à dialoguer pour des projets communs.

« Ouvrir le sens de notre responsabilité »

Autres citations pour aller dans ce sens : « Pensons avant tout aux personnes qui souffrent le plus à La Réunion et dans le monde et voyons ensemble ce qu’il faut faire pour les aider ». « Nous devons et pouvons devenir notre propre docteur pour nous soigner de nos violences envers les autres et devenir totalement altruiste comme Gandhi ».

Nous citerons aussi la conclusion du poème proclamé par le Dr Gilles Sagodira, chercheur en Éducation, poète et activiste de la paix, « pour ouvrir le sens de notre responsabilité » : « Partageons notre existence pour l’ultime secret de la vie. Celui de sa préservation dans toutes ses formes ». Enfin, nous signalons cette belle recommandation de Gandhi affichée dans la salle : « Le bonheur c’est lorsque nos actes sont en accord avec nos paroles ». Comme quoi la méditation et la réflexion doivent nous faire passer à l’action pour changer de comportement et construire un monde juste et solidaire.

« Ensemble suivons Gandhi »

À ce sujet, un ami de la philo à La Réunion nous a envoyé un message pour attirer notre attention sur le fait que « le nombre de millionnaires dans le monde a augmenté de 8 % en 2016 selon une étude de Capgemini ; 16,5 millions de personnes possédant un million de dollars se partagent désormais 63.500 milliards de dollars. Lorsque quelques humains s’accaparent chaque année toujours plus de la richesse de la planète et que, chaque année, 10 millions d’humains (dont 5 millions d’enfants) meurent de n’avoir pu manger et que plus de 800 millions souffrent de la faim, qui cela choque-t-il ? Radios et télés nous alertent-elles heure par heure (60 minutes = 10 enfants morts de faim) sur l’insupportable inhumanité de ce drame condamnant à mort des millions de nos sœurs et de nos frères ? Les juges des tribunaux internationaux se saisissent-ils de cette massive mise en danger de la vie d’autrui, de cette permanente non-assistance à personnes en danger ? Et nous-mêmes, voulons-nous vraiment savoir ou voir cela ? ».

Allons donc méditer pour agir et, comme cela était affiché à la nuit de méditation : « Ensemble suivons Gandhi »,… sans oublier ce militant réunionnais de la justice et de la paix nommé Paul Vergès !

Roger Orlu