Alon filozofé

Nora la filo a lékol pou bann marmay ?

Billet philosophique

Roger Orlu / 18 mai 2012

Quand, on voit chaque jour toutes les bêtises qui sont dites et commises à La Réunion et dans le monde, on se pose — entre autres — la question de savoir si le nouveau gouvernement français va enfin commencer à mettre en œuvre en France et dans les Outre-mer la "Stratégie intersectorielle de l’UNESCO concernant la philosophie", adoptée en 2005 par le Conseil exécutif de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture. Une stratégie où cette instance internationale recommande notamment à tous les États d’enseigner la philosophie dès les « niveaux préscolaire et primaire ». Ce serait un des moyens — parmi bien d’autres — que se donnerait le peuple réunionnais afin de commencer à construire enfin un développement durable, humain, solidaire et responsable de son pays.

En 2007, l’UNESCO a publié un ouvrage très intéressant intitulé "La Philosophie, une École de la Liberté", qui présente un « état des lieux et des regards pour l’avenir sur l’enseignement de la philosophie et l’apprentissage du philosopher » dans le monde. Pierre Sané, Sous-Directeur général pour les Sciences sociales et humaines, y rappelle notamment que « dès 1950, la Conférence générale de l’UNESCO décidait de mener "une enquête sur la place que l’enseignement philosophique occupe dans les divers systèmes d’éducation, sur la façon dont il est donné et sur l’influence qu’il exerce sur la formation du citoyen ainsi que sur l’importance qu’il revêt pour la recherche d’une meilleure compréhension entre les humains" ».
Dans ce même livre, Koïchiro Matsuura, Directeur général de l’UNESCO, déclare : « Qu’est-ce que l’enseignement de la philosophie, si ce n’est celui de la liberté et de la raison critique ? La philosophie renvoie en effet à l’exercice de la liberté dans et par la réflexion. Parce qu’il s’agit de juger en raison et non d’exprimer de simples opinions, parce qu’il s’agit non seulement de savoir, mais aussi d’de comprendre le sens et les principes du savoir, parce qu’il s’agit de développer l’esprit critique, rempart par excellence contre toute forme de passion doctrinaire ».

"Ce n’est qu’un début"

Si nous voulons — notamment par les moyens et le contenu du système éducatif — relever les défis de notre pays, et donc préparer les jeunes réunionnais à devenir les acteurs libres et responsables d’un nouveau modèle de développement, cette grande cause défendue par l’UNESCO devra être prise en compte par la politique de l’enseignement adaptée aux besoins de La Réunion que nous aurons à mettre en œuvre. Dans ce cadre, l’enseignement de la philosophie dès l’école maternelle sera à la fois très utile et possible, comme le montre notamment le film documentaire produit par la Réunionnaise Cilvy Aupin en 2010 sous le titre "Ce n’est qu’un début", qui présente les atouts d’un atelier philo en classe maternelle dans la région parisienne.
Des associations culturelles et éducatives ainsi que des enseignants et des services éducatifs en font également l’expérience à La Réunion depuis plusieurs années. Et cette semaine, une Réunionnaise "amie de la philo" nous a envoyé un article de la journaliste Coraline Bertrand publié le 25 mai par le site "Rue89" sous le titre : « Et si on enseignait la philosophie dès la maternelle ? ».

Éduquer à la citoyenneté

Voici des extraits de cet article : « Initier les tout-petits à la philosophie est une pratique éducative élaborée à la fin des années 60 par Matthew Lipman. Ce philosophe américain et chercheur en éducation postule que la philosophie devrait être enseignée "avant que les structures psychologiques et linguistiques du raisonnement soient déjà trop ancrées et donc trop immuables". En d’autres termes, les enfants par leurs questionnements spontanés et incessants seraient plus disponibles aux questions philosophiques.
Philosopher ne peut se résumer à disserter sur des textes savants. (…) Dès la moyenne section de maternelle, l’enseignant peut inviter les enfants à réfléchir à une question pratique : "C’est quoi grandir ? Pourquoi on aime ? À quoi servent les parents...?". Cette réflexion doit leur permettre d’apprendre à argumenter, conceptualiser et émettre un jugement qui leur est propre.
Michel Tozzi, ancien prof de philo et actuel enseignant des sciences de l’éducation, à Montpellier III, souligne l’importance de la philosophie dans la construction de la pensée rationnelle et la capacité d’analyse : "La discussion philosophique contribue à la maîtrise du langage et éduque à la citoyenneté — s’écouter, se respecter — elle est donc amenée à se développer !" ».

Une bonne initiative

À La Réunion comme ailleurs dans le monde, il est important que les responsables politiques et administratifs prennent conscience de la justesse de cette vision de l’enseignement. D’ailleurs, depuis plusieurs années, le Conseil de la Culture, de l’Éducation et de l’Environnement (CCEE), présidé par Roger Ramchetty, soutient cette idée en invitant par exemple le maximum de Réunionnais à célébrer la Journée Mondiale de la Philosophie sous l’égide de l’UNESCO.
D’où l’importance de participer aux rencontres territoriales préparatoires au colloque sur l’Éducation populaire organisé par le CCEE afin de « redonner à l’Éducation populaire une place prioritaire dans les politiques publiques ». Ces rencontres sont programmées les mardi 22, jeudi 24, mardi 29 et jeudi 31 mai dans les quatre micro-régions de l’île. Une bonne initiative ; komsa, byinto nora la filo a lékol pou bann marmay…

Roger Orlu

(*) Merci d’envoyer vos critiques, remarques et contributions afin que nous philosophions ensemble… ! redaction@temoignages.re


Kanalreunion.com