Alon filozofé

« Pour une philosophie de l’écologie »

Billet philosophique

Roger Orlu / 16 juillet 2010

Un ami de “Témoignages” nous a transmis pour la “rubrique philo” de ce vendredi un article très intéressant de Roger-Pol Droit publié dans “Le Monde” du 7 juillet dernier. Sous le titre "Pour une philosophie de l’écologie", cet article présente les trois tomes du livre “Le Monde émergent”, dont le 1er exemplaire vient de paraître au éditions Armand Colin, sous la Direction de Yves Charles Zarka.
Nous remercions notre ami car cet article attire l’attention sur un problème fondamental auquel notre journal — y compris ce “billet philo” — a déjà consacré de nombreux articles, à savoir les menaces nouvelles qui pèsent sur l’humanité. Le journaliste et le directeur de ce “livre du jour” donnent également une image très positive de la philosophie, qui doit « contribuer à poser les questions de fond ».
Dans cet esprit, ils appellent notamment à un « renouvellement de la réflexion qu’exige le basculement du monde » et à une « réflexion interdisciplinaire, philosophique et politique ». Ce qui exclut toute forme de dogmatisme.
Voici donc le texte intégral de cet article, avec des inter-titres de “Témoignages”.

Roger Orlu

Nous sommes en train de changer de monde. Sans l’avoir voulu, sans le comprendre encore clairement. Sans le penser encore à la hauteur qu’il convient.
Telles sont les convictions de départ qui ont donné naissance à un vaste programme de recherche du CNRS (Centre national de la recherche scientifique), en collaboration avec l’Université Paris-Descartes (Sorbonne). L’objectif est pour le moins ambitieux : dresser un premier état des lieux de toutes les dimensions de la crise écologique, dont la planète commence à prendre conscience.
Il ne s’agit pas seulement, on s’en doute, du réchauffement climatique, mais aussi de la fin des ressources énergétiques, des modifications de la biodiversité, de l’interdépendance entre les activités humaines et les équilibres du globe. Sans oublier les multiples mutations de nos comportements, de nos gestes quotidiens aussi bien que de nos horizons politiques.

Des problématiques philosophiques nouvelles

Ce "monde émergent" soulève donc quantité de questions économiques, sociales, politiques, que des problématiques philosophiques nouvelles doivent aborder.
Il ne faudra pas moins de trois volumes pour embrasser les lignes de force et les perspectives de ces changements en cours.
Maître d’œuvre de cet ensemble original, le philosophe Yves Charles Zarka, qui dirige notamment la revue "Cités", réunit dans ce premier tome onze contributions d’économistes, géographes, sociologues, juristes et philosophes.
Ces études portent sur les problèmes cruciaux qui se posent à présent dans l’espace social et politique. L’urgence écologique et le politique, les nouveaux territoires urbains, les cycles de vie des produits, la diversité des cultures et l’universalité de l’environnement, l’Europe et le développement durable figurent parmi les thèmes retenus.

Quelle démocratie ?

Si la diversité des analyses et des objets d’études interdit tout résumé laconique de l’ensemble, il saute aux yeux que ce livre devrait devenir une référence importante pour ceux que préoccupent le renouvellement de la réflexion qu’exige le basculement du monde. Car l’intérêt de ce vaste projet, on l’aura compris, n’est pas de proposer une prospective de plus, mais bien de contribuer à poser les questions de fond.
C’est pourquoi il s’intéresse notamment à l’impact politique des changements d’attitude envers la consommation et la production, et demande, par exemple, comment le passage à une société différente est possible sans détruire la démocratie.

Réflexion interdisciplinaire

Après ce 1er volume consacré au "Lieux" doivent paraître dans les mois à venir un volume sur les "Défis" et un troisième intitulé "Dénouement".
Outre cette trilogie collective, la collection Émergences, que ce volume inaugure, doit également accueillir un "Manifeste sur l’urgence du temps présent", d’Yves Charles Zarka, et un livre du philosophe Robert Damien, sur "l’État d’urgence environementale".
L’écologie a connu le temps des militants, celui des pensées radicales comme celui des climatosceptiques. Voici que commence peut-être, avec cette série de projets, le temps de la réflexion interdisciplinaire, philosophie et politique. Et celui des débats. Car rien ne devrait être moins dogmatique que ce monde à venir. C’est en tout cas ce qu’il faut espérer. C’est pourquoi, les prochains developpements seront à suivre de près.

Roger-Pol Droit

(*) Merci d’envoyer vos critiques, remarques et contributions afin que nous philosophions ensemble… ! redaction@temoignages.re