Alon filozofé

« Pour une répartition équitable des revenus »

Billet philosophique

Témoignages.re / 26 avril 2013

Nous vous conseillons de participer ce lundi 29 avril, à 17h30 au Théâtre Canter de l’Université à Moufia, à la projection organisée par plusieurs associations du film "Notre Monde", sorti en France le mois dernier et réalisé par Thomas Lacoste. Ce documentaire, accessible sur internet, donne la parole à plus de 35 philosophes, sociologues, économistes, magistrats, médecins, universitaires, etc., qui nous appellent de diverses façons à « faire de la politique, et si possible autrement ». Mais comment, en vue de quoi et au service de qui ? On y réfléchit…

JPEG - 59.8 ko
Renaud D’Abbadie. « Utilisons les crédits des plus riches pour un développement solidaire ».

Une première projection d’extraits de ce film a eu lieu mercredi dernier à "La Cerise" de Saint-Paul, à l’initiative de l’Arcadie de La Réunion. Le premier extrait était une intervention du philosophe français Jean-Luc Nancy, pour qui la transformation de nos sociétés passe bien sûr par des actions mais aussi par la pensée : « une pensée commune » , qui doit être « un élan vers un partage commun », comme celui de La Commune en France en 1871.

Dans un second extrait, on a pu voir la présidente d’ATTAC France, qui dénonce « l’absence de régulation des banques car elles dirigent la plupart des politiques, avec des droits fondamentaux remis en cause ». « Il faut donc régulariser les banques, dit-elle, les socialiser et mettre les marchés sous tutelle car nous sommes dans une crise morale : on récompense les coupables et on punit les innocents ».

« Une redémocratisation de nos sociétés »

Un autre intervenant dans ce film est Jean-Pierre Dubois, président de la Ligue des Droits de l’Homme en France, qui souligne que la crise dont on parle de plus en plus signifie avant tout « une augmentation gigantesque des inégalités, liées à de gigantesques transferts financiers des plus pauvres vers les plus riches ». C’est pourquoi il plaide avant tout pour une justice fiscale et sociale car « sans égalité, seuls les dominants sont libres ».

Le dernier extrait diffusé lors de cette rencontre est celui d’Étienne Dalibar sur la politique européenne, qui parle lui aussi « d’inégalités sans précédent » et qui réclame essentiellement « une redémocratisation de nos sociétés, pour un contrôle des actions des gouvernants ». Voilà qui amène à se poser la question sur les voies et moyens spécifiques à mettre en œuvre à La Réunion afin d’en finir avec le système néo-colonial et ses effets de plus en plus préoccupants.

Une belle piste

Parmi les divers intervenants du débat qui a suivi cette projection, nous pouvons citer un jeune Réunionnais, professeur de philosophie, qui a tracé des pistes très intéressantes à ce sujet. En effet, Renaud D’Abbadie a d’abord mis en avant les idées exprimées par le célèbre économiste Joseph Stiglitz, notamment dans son dernier livre, "La grande désillusion", dans lequel ce Prix Nobel dénonce le Fonds Monétaire International, où « une élite financière mène une politique au service de la finance occidentale » , avec pour conséquence « un fossé qui grandit de plus en plus entre les plus riches et les plus pauvres ».

C’est pourquoi, il préconise qu’à La Réunion et ailleurs on mette en œuvre « une répartition équitable des revenus » , en « utilisant les crédits des plus riches pour un développement solidaire ». Voilà une belle piste pour inventer une « pensée commune » au service du bien commun, et donc créer une autre politique, juste, démocratique, respectueuse des droits et de la dignité du peuple réunionnais…

Roger Orlu

(*) Merci d’envoyer vos critiques, remarques et contributions afin que nous philosophions ensemble… ! redaction@temoignages.re


Kanalreunion.com