Alon filozofé

Qu’est-ce que le communisme ?

Billet philosophique

Roger Orlu / 24 mars 2017

Cher-e-s lectrices et lecteurs de ‘’Témoignages’’, comme vous le savez, une des tâches de cette chronique philosophique hebdomadaire est de valoriser les atouts de la pensée créole réunionnaise lorsqu’elle défend les valeurs fondamentales de notre peuple et de l’humanité en citant parfois quelques exemples. C’est le cas cette semaine, à travers trois citations de réflexions très intéressantes qui cultivent ces valeurs.

JPEG - 72.3 ko
Éric Magamootoo.

Parlons tout d’abord de cet appel lancé vendredi dernier par Rodolphe Sinimalé dans la rubrique du ‘’Quotidien de La Réunion’’ intitulée ‘’Si j’étais président’’, où ce jeune diplômé en relations humaines émet « deux propositions raisonnables et matérialisables qui participeraient à construire un 21e siècle plus heureux ». Sous le titre « Le pouvoir aux enfants ! », il déclare tout d’abord : « Favoriser aujourd’hui chez les plus jeunes et à l’école l’émergence des qualités de cœur — l’attention, la bienveillance, la gentillesse, la confiance — permettrait demain l’apparition de citoyens et de leaders plus éclairés et plus altruistes ».

Seconde proposition de Rodolphe Sinimalé : « Ensuite, il nous faudrait, nous-mêmes adultes, réapprendre à voir le monde à travers les yeux d’un enfant ! L’enthousiasme, l’ouverture, la créativité, l’humour et les rêves que nous avions petits sont en réalité le terreau fertile d’un réenchantement du monde social, politique et économique ». D’où sa conclusion : « Il suffit pour cela de laisser grandir ce qu’il y a de meilleur en nous : notre potentiel illimité à… aimer ».

« Décoloniser notre esprit »

Cultiver l’amour, voilà un message fort que vient aussi de lancer l’ancien avocat, écrivain et planteur d’oliviers Éric Magamootoo dans son magnifique livre intitulé ‘’L’olivier et le Coran. Un message d’amour et de paix’’. Cet ouvrage, rédigé avec la collaboration du philosophe réunionnais Farouk Issop, souligne notamment que face aux multiples « atrocités » dont souffre une grande partie de l’humanité, « le Coran est comme tous les Grands Livres des religions, un message de paix, d’amour, une éthique de vie, une réponse au tenter-de-vivre-ensemble, les uns avec les autres ».

Éric Magamootoo ajoute : « Qu’est donc devenue notre humanité quand nous savons que ce que nous consommons chaque jour est le fruit d’une indigne exploitation d’hommes, de femme et d’enfants ailleurs dans le monde ? Nous portons chacun d’entre nous une responsabilité face à ces insoutenables injustices dont nous sommes à tout le moins complices par notre silence, notre absence d’indignation… Et si nous revenions à l’essentiel ? À ce qui fait de nous des êtres de lumière car portés par la raison et le cœur… ». Et il conclut sa préface par cet appel très important : « Nous devons décoloniser notre esprit pour reconquérir notre humanité perdue ».

Priorité au bien commun

Toutes ces idées essentielles on les retrouve chez de nombreux militants progressistes réunionnais et en particulier les communistes, qui ont organisé ce 19 mars une forte célébration de la seconde date historique de notre peuple après le 20 décembre. En effet, après l’abolition de l’esclavage en 1848, ils ont célébré le 71e anniversaire de l’abolition officielle du statut de colonie de notre pays par la loi Vergès-Lépervanche du 19 mars 1946 pour appeler les Réunionnais à se rassembler sans exclusive afin d’entrer dans l’ère de la responsabilité et en finir avec le système néo-colonial en place, en créant ainsi les conditions d’un développement durable et humain de La Réunion.

C’est cela le communisme réunionnais depuis la fondation du PCR avec Paul Vergès et ses camarades en 1959 : lutter pour accorder en politique la priorité au bien commun plutôt qu’à l’intérêt personnel afin de créer une société équitable, solidaire, harmonieuse, altruiste. Sachons donc dépasser les rancunes et les contentieux du passé, l’égocentrisme électoraliste et financier pour construire ensemble une vie commune d’amour, de justice et de paix.

Roger Orlu