Alon filozofé

Unis et solidaires dans les luttes

Billet philosophique

Roger Orlu / 15 juillet 2011

Suite à l’annonce du Cercle philosophique Réunionnais (CPR) de participer au Festival international de la jeunesse réunionnaise ce 14 juillet à Saint-Louis, nous avons reçu un message de soutien à cette action de la part de François Maugis, ex-animateur régional en qualité industrielle, retraité de la CCI Réunion et président de l’association Énergie Environnement. Nous publions ci-après ce message, accompagné de plusieurs extraits d’autres textes que cet auteur nous a envoyés sur les problèmes économiques, sociaux, culturels, environnementaux et politiques de notre île.

François Maugis écrit au CPR : « Je suis de tout cœur avec vous. Je milite depuis de nombreuses années pour une Île de La Réunion modèle et pilote. Dans ce monde troublé, il n’est pas question de perdre les appuis français et européens qui peuvent aider notre île à trouver sa voie, mais il n’est pas question non plus d’accepter toutes les compromissions que certains affairistes rêvent de nous faire subir.
Réussir ici un aménagement du territoire respectueux de la vie sous toutes ses formes, réussir ici cet impossible mariage entre l’homme et la nature, réussir ici la construction d’une communauté humaine cohérente, épanouie, équilibrée et heureuse, voilà ce que personne dans le monde d’aujourd’hui n’est capable de faire, voilà ce que les jeunes et courageux Réunionnais doivent avoir l’ambition de réussir.
Je suis intimement persuadé que cela est possible et que cela est la seule véritable voie d’avenir pour ce merveilleux territoire qu’est La Réunion. Planète en miniature, nous devons servir de modèle à une humanité en perdition. Si nous réussissons, c’est l’espoir pour tous ».

Les requins de la finance

Voici quelques réflexions de François Maugis pour cultiver cet espoir :
« Oui, produire localement ce que l’on consomme est le premier pas vers une redynamisation socio-économique de notre île ; oui, ce sont les Réunionnais qui doivent écrire leur Histoire. Ils sont assez grands pour chercher eux-mêmes les modèles qui leur conviennent.
Non, il ne faut pas donner notre petit marché en pâture aux requins de la finance internationale.
Oui, La Réunion peut devenir le premier cluster
(agglomérat) tropical du Monde ; oui, à une totale refondation de la gouvernance territoriale ; oui pour un schéma régional d’intelligence économique ».

La folie médiatique

Autres réflexions de François Maugis : « Nos responsables politiques doivent proposer des modèles de société cohérents, constructifs et utiles. L’homme a besoin de liberté, de paix et de sécurité. La folie médiatique et publicitaire nous déforme, nous conditionne et nous empoisonne la vie ».
« Avec son organisation actuelle, il est impossible d’envisager un avenir quelconque à notre planète. (…) Cette planète est pourtant peuplée d’être intelligents ! Il faut croire que toutes ces intelligences se neutralisent puisque le résultat final est un monde d’une stupidité absolue. À force de ne pas se révolter contre la bêtise humaine, nous allons tous être détruits. Nous regardons la mort de notre société comme les vaches qui regardent passer un train. (…)
Combien faudra-t-il de personnes, de régions, de nations révoltées par cette autodestruction mondialisante pour qu’enfin le monde des humains se redresse, prenne conscience de sa bêtise et se mette enfin à construire une humanité viable ? »

Conclusion

Une des idées qui émergent de ces réflexions nous conduit à rappeler une évidence qui découle des principales leçons à tirer de notre Histoire. Chaque fois que le peuple réunionnais a réussi à surmonter les contradictions de sa société et à supprimer des formes d’oppressions ou d’injustices depuis trois siècles et demi, ce fut grâce à quoi ?
La réponse est claire : c’est grâce à l’union et à la solidarité des forces populaires et démocratiques réunionnaises dans les combats pour la liberté et la justice. Ce fut le cas, par exemple, lors des diverses résistances à l’esclavage, à l’engagisme et à la colonisation, au racisme et aux multiples inégalités socio-culturelles, à la fraude électorale institutionnalisée, à un mode de développement non durable, etc. Sans des luttes constantes, unies et solidaires du peuple réunionnais, aucune avancée n’aurait été possible dans plusieurs de ces domaines.
Cela signifie que si l’on ne perpétue pas cette tradition réunionnaise, nous restons complices d’un régime non démocratique, qui plonge notre peuple dans une impasse, au profit des classes dominantes. Conclusion : plus que jamais, la priorité quotidienne est de voir ensemble comment nous devenons de plus en plus unis et solidaires dans les luttes pour à la fois décider et créer nous-mêmes une société équitable, solidaire et responsable.

Roger Orlu

(*) Merci d’envoyer vos critiques, remarques et contributions afin que nous philosophions ensemble… ! redaction@temoignages.re


Kanalreunion.com