Alon filozofé

« Unissez-vous ! »

Billet philosophique

Roger Orlu / 14 décembre 2012

Un nouvel événement qui s’est produit cette semaine illustre de façon un peu attristante l’importance de prendre conscience de l’un des problèmes essentiels à résoudre, si nous voulons réellement construire un avenir meilleur pour le peuple réunionnais. Il s’agit des divisions qui se sont exprimées — entre autres, hélas — ces derniers jours (à propos du droit au mariage pour tous) entre des compatriotes qui proclament pourtant le partage des mêmes valeurs sur des questions fondamentales comme la lutte contre la violence de la pauvreté dans notre pays, le respect des droits fondamentaux de notre peuple, etc.

Dans un courrier publié ce mercredi par "Témoignages", la militante Marie-Hélène Berne montre l’importance de ce problème, en rappelant la nécessité d’ « unir tous, religieux et laïcs, nos efforts pour changer les choses et offrir à nos enfants une société meilleure pour tous ». En effet, quelles que soient nos opinions sur telle ou telle question plus ou moins secondaire, l’essentiel n’est-il pas de nous unir, dans le respect de nos diversités, afin de faire avancer les solutions radicales à mettre en œuvre pour construire une société équitable, solidaire, libre, démocratique, et donc s’attaquer aux causes fondamentales des autres problèmes ?

Cela est d’autant plus nécessaire que les profiteurs sur-rémunérés du système néo-colonial ne cessent de passer leur temps à diviser les Réunionnais pour continuer à profiter de l’apartheid social institutionnalisé. Tandis que les néo-colonialistes applaudissent les diviseurs péi et les mettent en avant, tellement ils sont heureux quand des Réunionnais polémiquent entre eux au lieu de dialoguer…

« Portées de façon éclatée »

Cela nous fait penser au philosophe Karl Marx, qui conclut ainsi son "Manifeste du Parti communiste" publié en 1848 avec son camarade Friedrich Engels : « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! » et qui dans son livre "Le Capital" (1867) prône une « union d’humains libres » plutôt que des « rapports chosifiés entre des personnes » soumises au capitalisme. Aujourd’hui, de nombreux penseurs du monde entier continuent d’exprimer cette idée, comme par exemple Pierre Khalfa, co-président de la Fondation Copernic et membre du Comité scientifique d’ATTAC, qui regrette qu’en France « des propositions alternatives similaires sont portées de façon éclatée, que ce soit par des syndicats comme la CGT, la FSU ou Solidaires, par des associations comme ATTAC ou la Fondation Copernic, ou par des forces politiques comme le Front de Gauche ».

Pour ce chercheur, « un pas en avant considérable serait fait si ces propositions

étaient avancées ensemble. Des mesures d’urgence portées par un ensemble de forces syndicales, politiques, associatives, féministes, acquerraient une crédibilité manquant actuellement ».

Un immense potentiel

Ce qui est intéressant à La Réunion, c’est qu’il existe un immense potentiel pour réaliser une union des organisations syndicales, politiques et associatives afin de bâtir une Réunion nouvelle, en franchissant une nouvelle étape de notre histoire par la décolonisation du pays dans tous les domaines. Beaucoup de ces organisations partagent des idées convergentes sur les grands défis à relever et sont capables d’unir leurs forces pour réaliser un projet commun partagé, comme on l’a vu pendant plusieurs mois en 2009 avec les actions positives menées par le COSPAR.

La question qui se pose à présent est la suivante : kosa nou atann é kosa nou fé pou donn anou la min pou fini èk la mizèr, lé zinégalité é la violans dan nout péi, é pou fé réspèk lé droi nout pèp ? Comme l’ont dit de nombreux collégiens et lycéens de toute l’île réunis mardi dernier au Port pour le Kabar Z.I.K. (Zélèv Inskri an Kréol), avec le soutien de plusieurs militants culturels, enseignants de nout lang kréol rénioné et des artistes comme Gaël Velleyen, « i fo nou batay ansanm pou valoriz la kréolité rénionèz, pou fé répèkt anou ; maronaz sé lamour : sé in batay kolèktiv pou inn idéal ».

Roger Orlu

(*) Merci d’envoyer vos critiques, remarques et contributions afin que nous philosophions ensemble… ! redaction@temoignages.re


Kanalreunion.com