Alon filozofé

Vive la libération de La Réunion !

Billet philosophique

Roger Orlu / 23 août 2014

Le vendredi 15 août dernier, se sont déroulés à La Réunion deux événements commémoratifs des libérations de la France et de l’Inde, qu’il est vraiment important d’organiser pour cultiver la connaissance de notre Histoire. En même temps, ces deux célébrations nous font réfléchir au problème de la libération de La Réunion. Pourquoi ? Et le président de la République, après sa visite dans le pays ce jeudi 21 août, va-t-il prendre en compte cette problématique ?

JPEG - 64.3 ko
Kaf Malbar, un des nombreux artistes ayant participé à la célébration du 67ème anniversaire de l’indépendance de l’Inde.

Le matin du 15 août, en face du collège des Deux-Canons à Sainte-Clotilde, a été célébré le 70ème anniversaire du débarquement en Provence (sur la côte française de la mer Méditerranée) de la 1ère Armée Française, conduite par le maréchal De Lattre de Tassigny, ce qui fut une étape importante du combat auquel ont participé plusieurs Réunionnais pour libérer la France de l’occupation nazie. Parmi ces Réunionnais combattants de la liberté, on peut citer le célèbre avocat Jacques Vergès et l’ambulancière Marguerite Jauzelon, qui raconte son parcours admirable dans un livre de Surya Éditions (2009).
Et puis le soir du 15 août, les Réunionnais ont fait le plein au Téat Plein Air de Saint-Gilles pour célébrer le 67ème anniversaire de l’indépendance de l’Inde, dont le peuple a dû se battre pendant plus d’un siècle — avec le soutien notamment de grands combattants comme le Mahatma Gandhi — pour libérer son pays du colonialisme britannique. Et comme l’Inde fait partie des diverses patries ancestrales du peuple réunionnais, de nombreux compatriotes ont participé avec enthousiasme à la célébration de cette libération, en exprimant le vœu que les liens se renforcent entre La Réunion et la République indienne ainsi qu’avec tous les autres pays de l’Indianocéanie.

Les conditions du développement durable

• Or ce co-développement régional solidaire fait partie des six piliers du développement durable, humain, responsable et solidaire de La Réunion ; mais il ne sera pas possible chez nous si le peuple réunionnais ne se libère pas du fonctionnement actuel de la coopération régionale, où il n’a pas le droit d’assumer en tant que tel ses responsabilités dans ses relations avec les États de la région. De même, il n’y aura pas de développement durable de La Réunion :
• si nous ne libérons pas le pays du système économique et financier néo-colonial actuel, qui empêche la mise en place d’une économie sociale et solidaire réunionnaise ;
• si La Réunion n’est pas libérée de ses inégalités sociales, du chômage massif et de la politique injuste menée dans le pays en termes de revenus, de coût de la vie, de frais bancaires et de fiscalité pour nous empêcher de bâtir une société équitable, avec le respect du droit de tous les Réunionnais à la formation, à l’emploi, au logement et aux moyens de vivre décemment ;
• si notre environnement naturel n’est pas libéré de toutes les formes de pollution par le tout-pétrole, les engrais chimiques, les pesticides, les malbouffes etc… afin de préserver la bio-diversité du pays et faire respecter notre droit à une agro-biologie pour notre santé ;
• si notre culture et notre identité ne sont pas libérées du système assimilationniste, qui nie leurs spécificités et infériorise notre interculturalité, dominée par le mépris raciste de l’idéologie des classes dominantes envers la créolité réunionnaise, nout nasyon ;
• enfin, si le peuple réunionnais n’est pas libéré du système politique et institutionnel actuel, qui n’est pas démocratique et interdit aux Réunionnais de prendre de façon libre et responsable les décisions qui concernent leur vie quotidienne.

Un défi à relever par notre peuple

Voilà donc bien des libérations à conquérir et à mettre en œuvre si nous voulons construire une société harmonieuse et fraternelle ; sinon, les beaux discours du monde politique au pouvoir ne sont que de l’hypocrisie. Et ces libertés sont considérées comme fondamentales par de nombreux philosophes, comme par exemple Jean-Jacques Rousseau, pour qui « renoncer à sa liberté c’est renoncer à sa qualité d’être humain, aux droits de l’humanité, même à ses devoirs ».
Voilà pourquoi, lorsqu’on célèbre avec honneur et raison la libération de la France, de l’Inde et de tous les peuples du monde, on ne peut oublier un des défis essentiels à relever par notre peuple dans les années à venir. D’où ce rappel : vive la libération de La Réunion !

Roger Orlu


Kanalreunion.com