Alon filozofé

« Yaïe yaïe yaïe ! Y parl’ pu d’ça ! »

Billet philosophique

Roger Orlu / 15 juillet 2017

Évidemment, d’une certaine façon, un spectacle humoristique n’a rien à voir avec la philosophie. Pourtant, des artistes réunionnais — comme d’autres ailleurs dans le monde entier — sont capables de donner un sens profond à leur œuvre d’art (chant, sculpture, peinture, théâtre-humour, etc. et de nous y faire réfléchir.

JPEG - 46.1 ko
L’annonce des magnifiques spectacles actuels de Thierry Jardinot.

C’est le cas de l’artiste génial qu’est Thierry Jardinot, qui présente actuellement une série de spectacles dans tout le pays, après avoir pris des vacances pour son émission comique quotidienne ‘’Kanal la blag’’ sur Antenne Réunion. Dans ces spectacles très appréciés par les foules présentes dans les divers théâtres, il évoque avec humour et un immense talent un problème très sérieux intitulé : « Yaïe yaïe yaïe ! Y parl’ pu d’ça ! ».

Pendant deux heures environ, il met en valeur la langue créole réunionnaise, en affichant la question « que sais-je ? » et en parlant par des blagues du sens de la politique, des méfaits du bizness avec un slip vendu 2.700 euros, des violences contre les femmes… Il cultive aussi notre mémoire historique en parlant des souffrances des esclaves enchaînés, du maronage en citant Héva et Anchaing, des chanteurs engagés… et il évoque nos relations humaines comme avec la nature, etc. En tout cas, de belles réflexions créoles comiques.

« Des personnes ouvertes aux autres »

On passe de la comédie à la science en parlant de deux conférences organisées à la mairie de Saint-Denis, où le public a pu réfléchir et échanger avec les conférenciers sur des questions très intéressantes. La première s’est déroulée le mardi 4 juillet avec le docteur Christophe Habas, Grand Maître du Grand Orient de France dans le mouvement des Francs-Maçons, sur le thème ‘’Humanisme et transhumanisme’’.

Cette rencontre a notamment permis de souligner à quel point nous pouvons construire une société nouvelle, équitable et harmonieuse par nos relations et nos comportements avec les autres. Et comme l’a expliqué Christophe Habas, les liens entre le transhumanisme et l’humanisme dans le respect de la philanthropie peuvent faire de nous « des personnes ouvertes aux autres pour avoir une dimension altruiste universelle face à une marchandisation de l’être humain par les bénéfices des multinationales ».

Un peuple réunionnais libre et responsable

La seconde conférence a eu lieu le vendredi 7 juillet avec un autre humaniste, Nidhal Guessoum, professeur de sciences à l’université américaine de Charjah aux Émirats Arabes Unis, sur ‘’Science et Islam : divergences ou harmonie ?’’, où il a notamment rappelé les liens historiques entre les sciences indiennes, musulmanes et européennes. Il a aussi souligné l’importance des contributions des scientifiques musulmans aux diverses découvertes dans les premières universités et observatoires du monde (Bagdad en 827) ainsi que dans leurs Maisons de la Sagesse à Bagdad, au Caire, etc.).

Nidhal Guessoum a conclu cette rencontre par ce rappel important : « il faut harmoniser les savoirs et éviter les conflits inter-savoirs ». Voilà de quoi philosopher pour faire avancer notre connaissance de l’essentiel et notre bon-sens face aux grands défis à relever par un peuple réunionnais libre et responsable afin que « Yaïe yaïe yaïe ! Y parl’ pu d’ça ! » comme le regrette le penseur comique Thierry Jardinot.

Roger Orlu


Kanalreunion.com