C’en est trope

Tombeau de l’institution judiciaire

Jean-Baptiste Kiya / 30 avril 2015

JPEG - 58.2 ko
Justice et littérature de Jacques Vergès, éditions des PUF.

Le seul fait d’aller en justice, ne serait-ce qu’en frais déboursé et en temps perdu, fait punition. Le statut de victime se double alors ; et l’institution devient bourreau, ce qu’elle a vocation à faire depuis toujours.
« Sept fois tu fermes les yeux, a dit Brecht, la huitième fois, tu condamnes aussitôt. »
Observons la notion chrétienne de péché. Parmi les péchés capitaux, on trouve la gourmandise, l’orgueil, l’avarice, la paresse, l’envie, la colère et la luxure. Mais pas le mensonge. L’institution justice, comme l’hydre, se nourrit de mensonges.

« Une alerte hirondelle, oiseau qui loge près des hommes, dès le printemps bâtit son nid dans un mur de l’édifice où siègent les vieillards qui rendent la justice. Là, elle devint mère de sept oisillons, qui n’étaient pas encore parés de leurs petites ailes sombres. Un serpent, se glissant hors de son trou, les avala tous l’un après l’autre. La malheureuse se lamentait sur le trépas prématuré de ses petits : ‘Pauvre de moi, quel sort funeste ! Là même où l’on entend les lois et les verdicts des hommes, moi, une hirondelle, j’ai subi l’injustice et dois prendre la fuite. » (Babrius). Moralité : Homme de peu qui entre dans un Palais de Justice, attends-toi à être l’Hirondelle de la fable, et le premier acteur de la farce qu’on va t’y jouer.

« La capacité de surveiller les moindres faits et gestes des autres, tout en cachant les siens, est la forme la plus haute du pouvoir » (Frank Pasquale).

Que la ministre de la justice légifère sur le mariage homosexuel, c’est une bonne chose, personne ne va s’en plaindre - mais n’y avait-il pas plus urgent à faire - comme lever la protection dont bénéficient les gens de lois ?
La Justice est comme une bonne blague qui fonctionne à chaque coup.
La Fontaine le montrait déjà : au tribunal du loup, les agneaux sont condamnés d’avance.

« Hiroshima n’est-il pas un crime d’État aussi sauvage qu’Oradour, aussi sauvage que Sétif ? Il n’y aura pas de procès. » (René Bourdet).
Entre la vérité et la loi, je préfère la vérité.

« A good lawyer
Knows the law
A great lawyer
Knows the judge !”

« Bef dèyè bwè dlo sal », dit-on en Martinique : Les bœufs restés à l’arrière du troupeau s’abreuveront à l’eau sale. Comme toujours, les premiers sont les mieux servis : ceux qui tiennent les lieux de Justice savent qu’on n’enquête jamais sur eux.

Avec « C’en est trope ! », en un clic, suivez l’actualité anti judiciaire :
. « La vie aux trois-quart (ou La Justice aux mains des barbares) » (16/04/15).
. « Sainte Justice, priez pour nous… » (26/03/15).
. « Connu défavorablement des services de police » (30/10/14).
. « De Conrad à Mayotte, le racisme institutionnalisé (3) » (31/07/14).
. « La Marche des papas » (02/07/14).
. « Jean-Jacques Rousseau et la digestion des juges » (24/04/14).
. « Au nom du mensonge (4) » (13/03/14).
. « Au nom du mensonge (3) » (06/03/14).
. « Au nom du mensonge (2) » (27/02/14).
. « Albert Lévy et le silence des prétoires » (16/01/14).
. « Société du faux, fausse société » (14/11/13).
. « Jean-Louis Fournier, le rire de la Chute » (24/10/13).
. « Maître Pathelin, avocat et voleur » (26/09/13).
. « Parmi les folies de l’Occident » (01/08/13).
. « Le petit manuel du divorce pour faute » (10/01/13).
. « Dutourd, le chagrin et la loi » (02/08/12).
. « Nasreddine Hodja, variations sur un thème de Salomon » (23/02/12).
. « Français, moi ? Jamais ! » (24/11/11).
. « Kafka parmi nous » (13/10/11).
. « Outrage à outrance » (29/09/11).
. « Justice en toc » (28/04/11).


Kanalreunion.com