Di sak na pou di

11 novembre 1918

Témoignages.re / 27 octobre 2012

JPEG - 53.3 ko

Le Conseil général invite un certain nombre d’associations à une réunion préparatoire, ayant pour objectif la célébration du 11 novembre, journée de commémoration dédiée aux "engagés".

On ne peut que souscrire à ce devoir de mémoire qui rend aux "engagés" la place qui leur revient. Au même titre que les esclaves, ils constituent les apports déterminants de la seconde vague du peuplement de la Réunion (mis à part l’apport européen) : ils viennent des mêmes quatre grandes "régions" de l’océan Indien : la côte de l’Afrique de l’est, Madagascar, l’Inde et l’Asie. Comme il y a eu des esclaves africains, malgaches, indiens et asiatiques, il y a eu des engagés africains, malgaches, indiens et asiatiques.

J’ai malgré tout une objection : le choix de la date. Le 11 novembre 1918 est une date hautement symbolique dans le monde entier, c’est une date sacrée. Cette date marque l’arrêt de la plus effroyable boucherie de l’histoire de l’humanité. Certes des massacres il y en a eu partout et de tous bords, il y en a eu avant, il y en a eu après. Mais celui-là marquait de son sceau sanglant l’entrée de l’humanité dans le vingtième siècle. En l’occurrence ce conflit ne concernait pas les seuls peuples européens. Les populations du "tiers-monde" de l’époque furent concernées : l’Afrique noire, l’Afrique du nord, Madagascar, l’Inde et l’Asie. Plus près de chez nous, Réunionnais, Africains, Malgaches, Indiens et Asiatiques ont versé leur sang sur la terre d’Europe.

Cette date du 11 novembre a été retenue parce qu’elle marque la fin de "l’engagisme indien". Il est exact que le 11 novembre 1882 a été dénoncée, de façon unilatérale, par les autorités anglo-indiennes, la convention internationale d’émigration signée vingt ans plus tôt avec la France. Les rédacteurs du Mémorial de La Réunion, dans le volume 4, 1883-1913, ont pour leur part retenu la date du 2 février 1885 pour marquer la fin de l’engagisme indien : c’est la date de l’arrivée à la Réunion du dernier convoi de "coolies" indiens (22 hommes et 12 femmes).

L’engagisme n’en a pas fini pour autant. Il se perpétuera jusque dans les années 1930 pour ce qui concerne les engagés malgaches.

Une autre date que celle du 11 novembre ne pourrait-elle être retenue ? Pourquoi pas, par exemple, celle du 2 février ?

 Jean-Claude Legros 


Kanalreunion.com