Di sak na pou di

2011,… 2012 : dans le sang et le mépris

Témoignages.re / 12 janvier 2012

On a passé sous silence le fait-divers concernant ces chrétiens qui ont été assassinés à Noël 2011 et en ce début d’année 2012.
Depuis que le monde existe, pour un oui ou pour un non, le sang coule, pour la défense d’une idéologie. Des femmes et des hommes meurent, parce qu’ils n’ont pas la même croyance ou parce que leur peau est d’une autre couleur.
Des chrétiens d’Irak, d’Inde, d’Égypte, d’Éthiopie, du Liban, du Nigéria… sont morts assassinés, parce qu’ils n’avaient pas la même croyance que leurs frères du même pays et du même sang.
Aucun endroit, aucun peuple ne sont épargnés par le terrorisme, la guerre, les discriminations, la précarité ou le manque de liberté. Face à toutes ces épreuves et autres dérives, nous qui sommes dans un pays de liberté, que faisons-nous pour empêcher le sang de nos frères de couler ?
Si on va au fond des choses, on constate que tous ces crimes, ces violences sont communément antireligieux. Ceux qui tuent, en particulier au Nigéria, ne respectent pas la foi de l’autre. Ils la méprisent. Leur logique folle pourrait finir par faire croire que la religion, que toutes les religions sont sources de violence.
Ici même à La Réunion, lorsqu’on reçoit en plein visage : « Ce n’est pas un “yab”, un “kaf”, un “sinoi”, un “z’arabe”, un “malbar”, un “komor”, (…), qui va m’apprendre… ! », parce que les personnes qui prononcent de telles paroles se croient toutes puissantes, parce qu’elles ont la peau d’une couleur qu’elles croient supérieure à celle de ces gens-là, c’est une forme de violence inacceptable où notre dignité de Réunionnais est écrasée, violée. Nous voyons cela dans nombre d’entreprises, de collectivités, où sévissent ces petits chefs venus d’ailleurs. Et que dire ou penser quand ce sont nos semblables qui les encouragent par leur silence ou leur allégeance ?
Il convient de ne pas nous laisser écraser par des comportements de ce type. Nous devons lutter de toutes nos forces pour que la dignité de chaque homme sur cette terre soit respectée.
Aussi ne pouvons-nous que souhaiter, avec le Père Stéphane Nicaise, qu’en cette année 2012, « … que des milliers de flammes soient capables de nous rassembler et de nous inviter à échanger notre détermination, à baser notre vivre-ensemble sur plus de solidarité et de dialogue, plus de confiance et de projets communs pour le devenir de notre société… ».
Bonne année à tous !

 Marc Kichenapanaïdou 


Kanalreunion.com