Di sak na pou di

2011, l’année des Outre-mer… sauf pour la Région Réunion

Témoignages.re / 22 janvier 2011

Incompréhension et désarroi devant la position adoptée par la Région Réunion pour cette année 2011, l’année de l’Outre-mer. Une absence totale d’investissement et de projet, alors que la France métropolitaine se prépare à regarder les Outre-mer, à mieux connaître leur façon d’être, de vivre, leur culture, leurs traditions, leur île… Tout ce qui fait leur identité et leurs richesses, dans le sens le plus large. C’est l’occasion rêvée pour ouvrir un peu plus La Réunion sur la métropole et l’Europe.

Et quels projets propose la Région Réunion pour susciter l’intérêt des métropolitains, pour capter leur attention, pour faire évoluer le regard que portent nos compatriotes de métropole sur notre île ? La Région Réunion ne propose aucun projet. C’est incompréhensible venant de la collectivité qui a la compétence en matière touristique. Vous comprenez notre désarroi, monsieur le président.

C’est pourtant le gouvernement UMP, votre gouvernement qui l’a annoncé : l’année 2011 sera l’année des Outre-mer. Cette année est une année de partage où l’Outre-mer s’ouvre un peu plus à la métropole, et ce pour présenter sa diversité culturelle, artistique, « avec les mariages de l’oraliture et l’écriture, du réalisme et du merveilleux, de la tradition à maintenir et de la modernité à enraciner ».

C’est à juste raison que Daniel Maximin le commissaire de l’Outre-mer soulignait qu’il fallait mettre en « lumière toutes les identités des sociétés d’Outre-mer pour mieux connaître leurs apports dans tous les domaines » notamment dans le domaine culturel. Cette année des Outre-mer pour La Réunion, sera celle du fénoir.

À la lecture du programme proposée pour cette année des Outre-mer, La Réunion sera absente du feu d’artifice qui va illuminer la France métropolitaine. Notre île va manquer un rendez-vous essentiel : exister un peu plus dans le regard de nos compatriotes de métropole. « Ce ne sont pas des paysages, ce sont des pays, ce ne sont pas des populations, ce sont des peuples ». Cette belle citation d’Aimé Césaire est pourtant une invitation au voyage. La destination Réunion ne sera pas proposée, à cause de votre manque d’ambition. C’est vraiment "Tristes tropiques" pour La Réunion.

De nombreuses manifestations seront présentées par les autres Outre-mer, sur la métropole et dans les îles à partir d’une programmation thématique : spectacle vivant, festival, expositions, nuits des musées, patrimoine, littérature, cinéma, colloques, débats d’idées, gastronomie, saveurs, sports et jeux... Ces événements seront de vrais supports de partage, d’échange et de communication, mais pour les autres Outre-mer, mais pas pour La Réunion.

Outre le tourisme, cette année des Outre-mer aurait été également l’occasion de montrer que « l’usage des langues créoles (de notre langue) peut se révéler un allié, un soutien précieux et efficace dans la lutte contre l’illettrisme » comme l’a souligné la ministre de l’Outre-mer Marie-Luce Penchard.

Nous avions aussi l’opportunité de changer le regard sur les Outre-mer, sur notre Outre-mer, sur notre île. À travers diverses manifestations, nous pouvions en finir avec ces clichés qui assombrissent notre belle terre d’accueil : entre cyclones, crises sociales, préjugés et faux débats sur le largage ou assimilation.

Ainsi les discours du président Nicolas Sarkozy nous rappelant qu’il a « beaucoup d’ambition pour La Réunion qui rayonne dans un bassin francophone avec de nombreuses opportunités » complétés par celui de la ministre d’Outre-mer qui « s’est engagée à dévoiler les richesses des Outre-mer au grand public », nous avait rempli d’optimisme. Mais aujourd’hui, quel outil avons-nous à la Région pour répondre à cette invitation de l’année 2011, année des Outre-mer ?

Au moment où le gouvernement lance cette année des Outre-mer, la Région dirigée par un membre de l’UMP va à l’encontre de son propre parti en démolissant, en cassant tous les projets visant à appliquer une politique « endogène ». C’est le cas avec le projet de Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise pourtant validée par le président de la République. Cette Maison de civilisation et de l’unité réunionnaise nous aurait permis de nous inscrire, avec fierté, dans la programmation des manifestations prévues pour valoriser et promouvoir les richesses de notre île.

La Région Réunion n’a rien proposé pour pallier à ce qui a été démoli. La Région Réunion n’organisera aucun colloque sur notre Histoire. Aucun musée lieu vivant pour retracer les mémoires, aucun personnage emblématique historique pour exalter notre terre de résistances, aucune exposition, aucune manifestation culturelle permettant à l’Hexagone de découvrir ou de mieux connaître notre île et ses richesses. Aucun projet, aucune manifestation n’ont été programmés pour témoigner, tout au long de cette année 2011, de notre diversité culturelle.

C’est un constat affligeant : mais notre culture reste bien le parent pauvre de la politique régionale actuelle.

La Réunion ne sera pas valorisée. C’est bien dommage. Encore un rendez-vous raté par la Région Réunion. Ce n’est pas le premier. Et malheureusement pour notre île, avec votre majorité régionale monsieur le président, ce n’est sans doute pas le dernier…

Aline Murin-Hoarau, conseillère régionale


Kanalreunion.com