Di sak na pou di

A propos des CDI illégaux de la mairie de Saint-André

Témoignages.re / 13 juin 2014

Une vingtaine de CDI de la mairie de Saint-André, peut-être même plus, auraient donc été requalifiés en CDD. Une décision prise par le nouveau premier magistrat de la commune. Selon la mairie, certains des CDI signés par l’ancien maire en mars 2014, à la veille des municipales, ont été renouvelés par anticipation ! De plus, les bénéficiaires ne justifiaient pas des six années d’ancienneté exigées par la loi, ce qui est illégal.

On peut alors se poser la question : pourquoi l’ancien maire de Saint-André a-t-il fait fi de la loi ? La réponse coule de source. Il sentait venir l’ouragan… de la défaite, et a tenté coûte que coûte à la veille du scrutin, d’assurer quelques dizaines de suffrages à son épouse candidate aux municipales, jouant avec le sort des agents communaux en situation précaire. De tels agissements n’honorent pas celui qui n’a jamais raté une seule occasion pour mettre avant son honnêteté et son intégrité. C’est honteux, et scandaleux ! Partant de ce constat, certains sont alors très mal placés aujourd’hui pour crier au scandale ou donner des leçons. Personne n’a oublié les vagues de licenciements qui avaient suivi l’élection de l’ancien maire, en mars 2008, ni le climat délétère instauré par ce dernier, au sein du personnel communal au cours des mois qui ont précédé les dernières élections municipales.

Reste que la décision prise par la municipalité actuelle est condamnable. Les agents pénalisés n’y sont pour rien. Pourquoi alors devraient-ils être sanctionnés pour les actes, même répréhensibles, commis par l’ancienne municipalité ?

Paul Dennemont – Saint-André


Kanalreunion.com