Di sak na pou di

A quoi joue le Club Export ?

Témoignages.re / 4 mars 2010

Dans un journal en date du 3 mars, le président du Club Export déclare : « Le Conseil régional de La Réunion est le seul en France à ne pas cofinancer le dispositif VIE, le Volontariat international en entreprise ».
De quoi s’agit-il ? Ce dispositif permet à une entreprise de confier à un jeune de moins de 28 ans une mission professionnelle à l’étranger pour une période de 6 à 24 mois. En vertu de la loi, l’entreprise bénéficie de diverses aides nationales. La Région n’a pas abondé ses aides. Même si elle n’en a pas l’obligation, cela peut sembler étonnant si l’on se réfère à sa volonté d’aider les entreprises à l’exportation, comme elle le fait notamment pour l’aide au fret, ou encore de promouvoir la mobilité des jeunes dans la zone, comme elle le fait pour les Volontaires du Progrès.
Le dispositif “Volontaires du Progrès” est mis en œuvre pour les jeunes résidant à La Réunion depuis au moins deux ans. Or, pour ce qui est du VIE, il faut remarquer que les entreprises font appel le plus souvent à des jeunes recrutés à l’extérieur de l’île. Ainsi, au 31 décembre 2009, sur 24 VIE en poste à l’étranger pour les entreprises réunionnaises, seuls 7 ont une adresse permanente à La Réunion.
Ce n’est pas faute d’avoir des candidats locaux : fin janvier 2010, sur le site adéquat, on compte 472 candidatures de Réunionnais au VIE. Et de candidats compétents : les profils dominants sont les diplômés d’écoles de Commerce ou l’Ingénieurs, de Masters…
Tout cela n’est pas très bon pour la paix sociale.
Que les entreprises concernées commencent donc par balayer devant leur porte ! La Région a largement financé l’exposition organisée par le Club Export il y a quelques mois et accompagne les entreprises, notamment à l’export, mais pas à n’importe quelle condition !

Jade Sincère


Kanalreunion.com