Di sak na pou di

Agression au collège Gaston Crochet

Témoignages.re / 5 mai 2015

La FSU et ses syndicats du secondaire tiennent à apporter leur soutien à la communauté éducative du collège Gaston Crochet qui une fois de plus, a vu un de ses personnels agressé dans le cadre de son travail.

Le collège Gaston CROCHET de la Plaine des Palmistes, un collège à l’écart, tranquille, où il fait bon vivre… Telle est la réputation de cet établissement et pourtant… Déjà l’année dernière, le 17 avril 2014, l’ensemble des personnels s’offusquait de l’agression d’un personnel et de la mise à sac de l’infirmerie. Pourtant, le 28 avril 2015, quasiment jour pour jour, les événements se répètent et prennent une ampleur qui nuisent au bon fonctionnement de l’établissement. Une collègue AED (2 jours d’ITT) a été violemment agressée dans la permanence par un élève. Elle était la seule surveillante à gérer la vie scolaire. Des enseignants, des AED, des ATTEE se font insulter, menacer de représailles à l’extérieur, les salles sont dégradées… l’équipe éducative n’a eu de cesse de prévenir l’administration de l’établissement du climat délétère croissant. Malheureusement la situation devient pesante et beaucoup de membres de la communauté éducative ont le sentiment qu’à éviter de prendre des mesures fermes envers des élèves parfois violents contre leurs camarades, les adultes, etc., on prive ceux-ci d’une des missions de l’école, soit la formation de futurs citoyens responsables. Comment travailler, enseigner, donner envie aux élèves d’apprendre dans un tel climat ? Les adultes de l’établissement ont pourtant mis en place de nombreuses solutions afin de prendre en charge les élèves rencontrant des difficultés, mais ceux-ci arrivent au bout de leur investissement. L’impression générale est qu’il faut cacher les problèmes pour ne pas nuire à la réputation de l’établissement.
Nos collègues, à qui l’on demande de promouvoir la liberté d’expression, ont décidé, quant à eux de ne plus se taire et de révéler les graves problèmes qu’ils rencontrent dans l’exercice de leurs missions.

Cette nouvelle agression est intolérable et la FSU et ses syndicats n’ont eu de cesse d’alerter les autorités sur le développement de ce type de phénomènes et la nécessité de prendre d’urgence des mesures préventives efficaces. Force est de constater que, malgré les nombreuses alertes, la sérénité et la sécurité des conditions de travail et d’apprentissage n’est toujours pas assurée au collège Gaston Crochet comme malheureusement dans bon nombre d’établissements scolaires.

SNES-FSU SNEP-FSU SNUEP-FSU


Kanalreunion.com