Di sak na pou di

Appel à la responsabilité

Reynolds Michel / 2 mai 2017

JPEG - 40 ko

La Réunion se prépare-t-elle, dimanche prochain, à porter Marine Le Pen en tête de toutes les communes de l’île ? Et ce, grâce à l’abstention ou du vote blanc de nombre de militants de gauche ou de la gauche de la gauche ! Après leur désertion du terrain idéologique, voire du terrain tout court, durant des décennies comme si la partie était définitivement gagnée, se résigneraient-ils à la victoire du repli identitaire régressif, des thèses xénophobes, du tout sécuritaire, du refus de la solidarité européenne… ? S’apprêteraient-ils à jouer les Ponce Pilate en se lavant les mains ?

Comment pourraient-ils seulement laisser croire que Marine Le Pen et Emmanuel Macron ce serait blanc bonnet et bonnet blanc ? Certes, le programme d’Emmanuel Macron n’est pas satisfaisant pour les hommes de gauche dans leur ensemble, mais doit-on pour autant refuser de faire barrage à un Front national qui joue sur la peur en engageant des choix extrêmes, aux conséquences si lourdes ? Ce refus de faire barrage à un parti d’extrême droite qui suscite ou suggère la haine est troublant, alors même qu’il y a urgence de raviver les valeurs d’égalité, de fraternité et de solidarité constitutives de l’histoire de la gauche. Avec la victoire du Front national le pire est à craindre.

Évidemment, il convient de ne pas fermer les yeux sur les raisons qui alimentent, ici et ailleurs, la foudroyante progression du Front national, entre autres : le chômage de masse qui entraîne l’humiliation de trop d’humains d’être inemployables, inutiles, superflus dans notre société ; les inégalités sans cesse grandissantes ; l’urgent besoin de politiques “redistributives” pour soulager les plus pauvres et enfin l’impuissance de nos gouvernements, de droite comme de gauche, à trouver des solutions pour faire reculer le désarroi des plus humbles…

Et surtout ne pas mettre sous le boisseau son idéologie mortifère ‒ nationaliste, xénophobe, islamophobe, homophobe, différencialiste et antirépublicaine ‒ qui gangrène nos sociétés démocratiques, mais la combattre pied à pied pour faire vivre les valeurs républicaines.

Nous devons donc mieux nous mobiliser pour un monde plus fraternel et solidaire, mais pour l’heure l’urgence est de faire barrage au Front national. Ce que propose le Front national est contraire à toutes nos valeurs d’un bien vivre ensemble.

Reynolds Michel


Kanalreunion.com