Di sak na pou di

Après la mort des DDE et DIREN en 2011, que nous réserve ce gouvernement pour 2012 dans les DOM ?

Témoignages.re / 12 décembre 2011

Le ministère de l’Écologie du Développement Durable, des Transports et du Logement (MEDDTL) présenté comme celui de la vie quotidienne, comme le ministère du futur, comme un outil unique au monde, s’est depuis transformé en pied de bois appelé à être prochainement abattu.

Les services du MEDDTL ont été asséchés par la RGPP, avec ses suppressions d’effectifs et de moyens depuis 5 ans. En 2007, la DDE à elle seule regroupait plus de 800 agents, et la DIREN, le Service Police de l’Eau et la DRIRE en rassemblaient 100 de plus.
Aujourd’hui, il ne reste qu’à peine 350 agents à la DEAL pour l’ensemble de La Réunion. Les services sont exsangues ou totalement déstructurés. Certaines DEAL, en Guyane par exemple, ne parviennent plus à assurer la présence de ces ingénieurs. Les conditions d’interventions et de travail se dégradent au point de décourager les ingénieurs de l’État à s’investir dans les missions en DOM et TOM ! Des unités entières ont été supprimées, d’autres n’ont plus de quoi remplir leurs missions.
La DEAL de la Réunion notamment souffre de ces coupes sombres voulues par la RGPP.

- Les entités territoriales à la Réunion par exemple, qui survivent encore à Saint-Denis, Saint-Benoit Saint-Paul et Saint-Pierre sont menacées de disparaître très rapidement, dès début 2012 pour certaines. La présence d’ingénieurs dans ces antennes n’est plus pérenne.

- Depuis plus d’un an, il n’y a plus d’ingénieurs pour piloter la coordination du réseau routier, pour la politique de sécurité routière, pour effectuer des missions d’assistance aux communes sur des grandes opérations et des travaux.

- Et dernièrement, le dernier poste d’ingénieur chargé de piloter la construction et le gros entretien des propres bâtiments de l’État a été supprimé !

Les ingénieurs des TPE, ingénieurs représentants la majorité des cadres techniques des services du ministère sont aujourd’hui menacés dans leur statut et dans leur fonction.
La RGPP a fait passer en 5 ans le nombre d’ingénieurs des TPE dans les services départementaux, par exemple, de 2000 à 1000 individus.

Les ingénieurs des travaux publics de l’État, cadres techniques majoritaires de ce ministère, ne peuvent ni accepter ni accompagner cette situation.

Ils se battront pour que le ministère du Développement durable ne soit pas un simple outil creux de communication, mais bien un ministère d’action au niveau international, national, mais aussi au plus près des territoires pour porter des politiques publiques innovantes et ambitieuses, politiques indispensables au rattrapage structurel encore non abouti dans les départements et territoires ultra-marins.

Syndicat National des Ingénieurs
des Travaux Publics de l’État
et des Collectivités Territoriales


Kanalreunion.com