Di sak na pou di

Ces rêves tels des mandalas

Frédéric Paulus / 8 août 2017

JPEG - 17.3 ko

Il est fréquent de recueillir des témoignages de personnes ayant rêvé des figures rappelant des « mandalas », terme évocateur dans la culture réunionnaise. J’ai abordé ce sujet lors d’un entretien avec le neurobiologiste Francisco Varela (1946-2001). Il évoquait l’idée de « connectivité » qu’il retrouvait « chez certaines personnes souffrant de migraines ou encore auprès de personnes présentant un syndrome épileptique qui évoquaient des figures géométriques telles des fortifications de type Vauban ». Il décéda sans que ce thème de recherche fût poursuivi.

Le psychanalyste Carl Gustav Jung popularisa quant à lui l’usage du terme de mandala pour désigner de telles figures « apparaissant le plus souvent dans des situations de trouble, de désorientation et de perplexité ». C’est ce que je retrouve, à titre d’exemple, chez une de mes cousines qui m’a confié un rêve où apparaît un tel phénomène imagé. La publication de ce rêve a été décidée en accord avec elle. Le voici : « Je suis dans un supermarché quand tout à coup un tremblement de terre provoque la chute de morceaux de plâtre du plafond. Personne n’est blessé. Je sors du magasin. A l’extérieur, il y a un carrefour et au milieu une fontaine ronde avec un jet d’eau, au-dessus de laquelle il pleut. Il ne pleut qu’à cet endroit-là. Je prends conscience que c’est un « miracle ». Une amie s’approche de moi et me dit : « Tu as vu la fontaine ? ». Je m’en approche et découvre une colonne de lumière sur la fontaine. C’est un cylindre tombant du ciel, de la circonférence de la fontaine. Sous cette lumière viennent se réfugier ce que je considère comme tous les déshérités de la terre. Pour moi, pas de doute, c’est l’œuvre de Dieu, je me trouve en présence de Dieu, enfin de l’une de ses manifestations. Ce spectacle me procure une jouissance physique, « j’orgasme » (« Enfin, maman m’a réveillée avant ! » Fin du rêve.

Sommes-nous en présence de phénomènes micro-cognitifs de régulation étudiés sous l’appellation de « moments perceptuels », ou « oscillations centrales », ou « mémoires iconiques »…, comme Varela les évoque lors de troubles d’états de conscience chez des malades atteints de migraines par exemple… ?

Selon notre hypothèse, la levée de l’énigme de telles émergences autoproduites par le cerveau nous renseignerait sur une disposition organique qui régulerait le cerveau et l’ensemble du corps qui vit un émoi (un désordre émotionnel intense). Le rêve instaurerait une régulation déclenchée par une période de troubles. On retrouve dans tous les exemples relevés lors de mon expérience une déception amoureuse, une perte de travail, un déménagement imposé, etc. , autant de sources de stress qui précèdent l’émergence de ce type d’événements iconiques. Progressivement, le rêver lève son voile !

Frédéric Paulus
CEVOI – Sainte-Clotilde - La Bretagne, La Réunion, le 08/08/17.


Kanalreunion.com