Di sak na pou di

Cher bouclier

Témoignages.re / 20 septembre 2010

Il y a bien longtemps le bouclier servait de protection aux chevaliers et les aidait à parer les coups. On ne se bat plus comme au Moyen-Age mais Sarkozy pour protéger les plus riches des riches a mis en place un bouclier fiscal. Dispositif qui a bien rempli son rôle car en 2009, 19.000 contribuables ont pu récupérer la modique somme de 680 millions d’euros. Ils ont été remboursés par les impôts,
Madame Bettencourt elle, a reçu pour sa part 30 millions d’euros. Et les journalistes de France-inter de préciser que certains de ces Français fortunés déclaraient moins de revenus qu’un Rémiste.
Incroyable mais vrai !! En temps de crise, notre gouvernement racle les fonds de tiroir pour trouver des sous... de nouveaux médicaments vont être déremboursés comme s’il n’y en avait pas assez depuis Raffarin... des aides à l’installation d’équipements pour l’énergie durable vont être supprimées, la défiscalisation Outre-mer peut être modifiée... l’imagination des ministres Sarkozy est féconde pour prendre l’argent là où il y en a peu. Mais les riches n’ont aucune crainte à avoir, ils pourront continuer à fréquenter les salles de ventes pour acquérir des oeuvres hors de prix, à acheter des îles et des yachts grand luxe... Enverront-ils une aide aux sinistrés du Pakistan ? Permettez-moi d’en douter.
Que quelques milliers de citoyens aient des revenus énormes ce n’est pas ce qui me choque le plus, ce que je trouve indécent c’est qu’ils ne participent pas à l’effort financier que nos gouvernants nous demandent à nous, classes moyennes et laborieuses. C’est une injustice criante et révoltante. Que chacun paie ses impôts proportionnellement à ses revenus, voilà qui serait juste... Que chacun fournisse un sacrifice pour sortir du marasme, voilà qui serait juste aussi. Mais ce sont toujours les mêmes qui sont imposés sans la protection du bouclier, qui travaillent de plus en plus tard pour bénéficier d’une retraite à peine acceptable, qui paient de leurs poches des soins indispensables...
Pour bien comprendre les évènements politiques, il faut avoir de la mémoire, certains journalistes doivent souffrir d’Alzheimer car ils n’évoquent plus les phrases prononcées par le candidat Sarkozy pendant sa campagne : « je ne toucherai pas la retraite à 60 ans.. », « je ne vous mentirai pas... »
De toute façon, au soir de son élection, Sarkozy n’est pas allé à la rencontre de ses électeurs dans Paris, il a festoyé au Fouquet, restaurant chic s’il en est, avec des grands patrons et des magnats de presse et de médias. Il fallait les remercier de leur soutien et leur renvoyer l’ascenseur en les privilégiant le jour de sa victoire. La collusion qui existe entre des hommes d’affaires et des hommes politiques de droite est évidente, c’est elle qui sous tend la politique de Sarkozy. Ce qui fait qu’une minorité de privilégiés continue à s’enrichir de façon éhontée pendant que la grande majorité des Français subit la crise et les restrictions sur son pouvoir d’achat et ses conditions de vie et de travail. Des millions pour les parachutes dorés et des ouvrières qui campent devant leur usine pour continuer à gagner le SMIC...
Il faudrait changer notre célèbre devise : "liberté, égalité, fraternité" et la remplacer par "privilège et privilège et privilège".

Marie-Hélène Berne


Kanalreunion.com