Di sak na pou di

Chômage et énergie à La Réunion : une situation locale minimisée par un ministre de l’Outre-mer solidaire de Paris !

Témoignages.re / 6 octobre 2010

La Ministre de l’Outre-mer, Marie-Luce Penchard, défend son gouvernement. Quoi de plus normal ?
Cependant, je suis choqué par une position gouvernementale dans deux domaines (qui par ailleurs sont liés) et inquiet pour l’avenir de notre île.
Choqué d’abord par sa vision unilatérale des relations entre les Outre-mers et la métropole : Solidarité d’effort outre-mer vers Paris concernant les niches fiscales, mais pas la solidarité de rattrapage parisienne vers l’Outre-mer ? Paris peut-il s’exonérer d’une solidarité outre-mer concernant le chômage ? Imaginez 30% de chômage en métropole ! 30% des 60 millions d’habitants, ce qui équivaudrait à 18 millions de personnes au chômage ! Quelle serait la réaction du pouvoir face à une telle situation ? Paris peut-il s’exonérer d’un effort de rattrapage et de compensation au vu des retards structurels et de la précarité grandissante outre-mer ?
Concernant la politique énergétique, ce n’est un secret pour personne, beaucoup de pays en font leur priorité, à juste titre. La problématique de l’énergie est au centre des réflexions mondiales pour aujourd’hui et les prochaines décennies. Le pic pétrolier, la transition énergétique conditionnent les grands axes et les futurs accords internationaux. Pourquoi un pays comme la France (dans l’Europe) resterait-il en dehors de ces stratégies et de ces transformations mondiales ? Comment La Réunion qui, jusqu’aujourd’hui, constituait une vitrine pour la France dans ce domaine, peut-elle conserver son originalité ? La France (et La Réunion) doivent-elles être associées au déclin annoncé de l’Europe ? L’Europe et la France doivent-elles être coupées d’un monde qui s’annonce multipolaire et rester en dehors des grandes décisions de ses affaires ? Notamment dans les stratégies énergétiques, alors que leurs dépendances restent fortes vis-à-vis de pays (Russie, les pays producteurs d’énergies fossiles…) qui, eux, ont des atouts à vendre…
A méditer.

Eric Fruteau,
Maire et Conseiller général de Saint-André


Kanalreunion.com