Di sak na pou di

“Chrétiens et musulmans : Ensemble pour vaincre la pauvreté”

Témoignages.re / 19 septembre 2009

À l’occasion de la fête de l’Eid-Ul-Fitr, le cardinal Jean-Louis Tauran, président du Conseil Pontifical pour le Dialogue Interreligieux à Rome, envoie aux musulmans ses vœux de paix et de joie. Il propose aux chrétiens et aux musulmans une réflexion commune pour vaincre la pauvreté. Voici les passages essentiels de ce message sur la pauvreté à combattre et la pauvreté à choisir :

« La pauvreté à combattre est sous les yeux de tous : la faim, le manque d’eau potable, la pénurie de soins médicaux et de logements adéquats, la carence de systèmes éducatifs et culturels, l’analphabétisme, sans toutefois passer sous silence aussi l’existence de nouvelles formes de pauvreté, “par exemple dans les sociétés riches et avancées,… des phénomènes de marginalisation, de pauvreté relationnelle, morale et spirituelle” (Benoît XVI, Message pour la Journée Mondiale de la Paix 2009, n°2).
La pauvreté à choisir est celle d’un style de vie simple et essentiel qui évite le gaspillage et respecte l’environnement et tous les biens de la Création. Cette pauvreté est aussi, au moins pendant certaines périodes de l’année, celle de la frugalité et du jeûne. La pauvreté choisie prédispose à sortir de nous-mêmes et dilate le cœur.
Comme croyants, désirer la concertation pour chercher ensemble des solutions justes et durables au fléau de la pauvreté signifie aussi réfléchir sur les graves problèmes de notre temps et, quand cela est possible, vivre un engagement commun pour en venir à bout. En cela, il incombe que la référence aux aspects de la pauvreté liés à la mondialisation de nos sociétés revête un sens spirituel et moral, car nous partageons la vocation à construire une seule famille humaine dans laquelle tous — individus, peuples et nations — règlent leurs comportements sur les principes de fraternité et de responsabilité.
Un regard attentif sur le phénomène complexe de la pauvreté nous conduit à en voir fondamentalement l’origine dans le manque de respect de la dignité innée de la personne humaine et nous appelle à une solidarité globale, par exemple à travers l’adoption d’un “code éthique commun” (Jean-Paul II, Adresse à l’Académie Pontificale des Sciences Sociales, 27 avril 2001, n°4) — dont les normes n’auraient pas seulement un caractère conventionnel, mais seraient enracinées dans la loi naturelle inscrite par le Créateur dans la conscience de tout être humain (cf Rm 2, 14-15) ».

À La Réunion, nous sommes passés de la coexistence à la rencontre. Nous avons à persévérer pour nous ouvrir encore plus les uns aux autres, surtout en période de crise sociale et économique. Pauvreté à combattre et pauvreté à choisir, voilà qui mérite une attention particulière dans notre contexte local.
Vous assurant de ma prière, je souhaite à tous les musulmans de La Réunion une joyeuse fête de l’Eid-Ul-Fitr !

Monseigneur Gilbert Aubry


Kanalreunion.com