Di sak na pou di

Cinq autres élues larguent Eric Fruteau ?

Témoignages.re / 16 janvier 2014

On dit souvent que « les fautes d’hier sont les cauchemars d’aujourd’hui ».Ce proverbe japonais s’applique parfaitement au cas d’Eric Fruteau dont les dernières semaines à la mairie de Saint-André virent au calvaire, tant il est de plus en plus isolé et largué au fil des jours par des élus de sa majorité, et pas des moindres, sur lesquels il croyait compter jusqu’au bout pour soutenir son épouse, candidate aux municipales, laquelle par ailleurs avouant curieusement ne pas être intéressée par la fonction d’élue car elle a deux filles à s’occuper ! Comprenne qui pourra. Quoi qu’il en soit, la roue tourne et le Maire de Saint-André en fonction jusqu’en mars prochain ne peut s’en prendre qu’à lui-même.

Personne n’a oublié la séance du conseil municipal du Vendredi 15 novembre 2013, où pour la première fois, elle n’a pu se tenir grâce à la présence « providentielle » de quatre élus de l’opposition à la botte de Serge Camatchy et qui ont assurés le quorum, sauvant le maire arrogant de Saint-André de l’humiliation. Les choses se sont accélérées depuis sans que la presse, bizarrement, n’en ait fait échos, alors que tout Saint-André en parle. Les fêtes, puis le passage de Bejisa expliquant sans doute cela.

Eric Fruteau, qui n’a à la bouche que les mots honnêteté et intégrité, peut-il apporter le démenti à la population de Saint-André, à l’information selon laquelle récemment cinq élues, s’ajoutant aux autres, l’ont officiellement largué ? Sacré cadeau de Noel ! Il s’agirait de deux adjointes, deux adjointes déléguées et une conseillère municipales, désavouant ainsi, un peu tardivement certes, son entêtement à imposer son épouse comme candidate, mais sérieusement irritées par son égocentrisme exacerbé.
Sachant qu’une adjointe vante à qui veut l’entendre avoir adressé au maire sa démission, une autre ayant rendue sa voiture de fonction. A noter que Michèle Caniguy était présente à la conférence de presse tenue à Sainte-Suzanne par Huguette Bello et Daniel Alamélou.

Et puisqu’on y est, Eric Fruteau peut-il informer aux Saint-Andréennes et Saint-Andréens : quelles sont à ce jour les relations qu’il entretient avec son adjointe des Ressources Humaines, celle à la Culture, ou encore avec l’adjointe déléguée à la Petite Enfance, et l’autre déléguée à l’Habitat, pour ne citer qu’elles.
Le maire de Saint-André ne compterait plus qu’à ce jour qu’une douzaine d’élus, sans conviction, autour de lui, sur 43 ! Vive Saint-André uni et rassemblé ! « Saint-André i avans et i refé » ! Et parmi la douzaine de rescapés, certains ne sachant plus sur quels pieds danser, seraient sur le départ, sachant, et c’est le plus rigolo, que le fidèle parmi les fidèles, lui, s’activerait dit-on à sa manière, en misouk, non pas pour « C. Fruteau », mais dans l’objectif des prochaines cantonales !
Eh oui ! Voilà au moins quelqu’un de prévoyant ! Mais ne dit-on pas aussi que l’espoir fait vivre les imbéciles !

Finalement, il est à retenir qu’au fur et à mesure que les jours passent, celui qui voulait abattre le PCR et Paul Vergès, se retrouve davantage dans la profondeur des ténèbres. Et, ils sont de plus en plus nombreux, à Saint-André, et moi le premier, à souhaiter qu’il y reste le plus longtemps possible.

 Paul Dennemont,
Saint-André
 


Kanalreunion.com