Di sak na pou di

De l’importance de l’état de l’art

Témoignages.re / 7 février 2014

Mme Anne-Marie Le Pourhiet, professeure agrégée de droit public à l’université de Rennes 1, dans son article sur les « affirmative action » paru dans le « Dictionnaire historique et critique du racisme » réalisé sous la direction du philosophe et historien Pierre- André Taguieff, et publié en mai 2013 aux Presses universitaires de France (PUF), semble avoir oublié le fondement du travail universitaire que constitue l’état de l’art.

Elle s’autorise à publier sous le seing de l’Université une collection de poncifs et de stéréotypes dont il n’est même pas nécessaire de lister les occurrences. Or, il est notoire que l’outrance n’ajoute aucune force à l’argumentation, et deux mensonges affirmés avec aplomb ne feront jamais une vérité.
Je pourrais rappeler que la discrimination subie par les ultramarins a été sanctionnée par les juridictions compétentes à de nombreuses reprises, que ce soit dans l’accès au logement, aux services bancaires ou à l’évolution professionnelle. Je pourrais redire que la continuité territoriale s’applique sans doute à la Corse mais que les Calédoniens, Polynésiens, Réunionnais ou Miquelonnais payent leurs billets d’avion aux prix communément pratiqués, de comme vers l’hexagone. Ainsi, un étudiant calédonien paiera pour rentrer en vacances auprès de sa famille à peu près 3500 euros, quand un Rennais qui ferait ses études à Paris paiera 96 euros.

Je pourrais encore lui conseiller la lecture de l’ensemble des publications issues de l’étude Trajectoires et origines, menée conjointement par l’INSEE et l’INED auprès de 22.000 répondant-es en 2008 et 2009.
Je pourrais aussi la renvoyer à de nombreux ouvrages sociologiques qui démontrent à longueur de livres la reproduction endogène des élites, ou encore l’existence avérée du plafond de verre en matière d’égal accès à la promotion professionnelle entre les femmes et les hommes.
Je n’en ferai rien.
Le mépris que doit susciter chez nos compatriotes, originaires des outre-mer ou non, ce pseudo-travail est de mon point de vue la meilleure réponse.

 Sophie Elizéon
Déléguée Interministérielle
 


Kanalreunion.com