Di sak na pou di

De plus en plus de malades ?

Courrier des lecteurs de Témoignages / 27 février 2015

Un sénateur faisant la queue chez Orange ! L’occasion était belle pour lui poser cette question : Allons-nous faire de plus en plus de malades ou de plus en plus de gens en bonne santé ? La réponse du Sénateur fut : « Sans hésitation : de plus en plus de malades, il y a trop de lobbys autour de la maladie ». Sans commentaire, en ce qui nous concerne.

Laissons au Professeur Henri Laborit un avis, de 1963, d’une grande actualité : « Tout groupement humain qui tend à l’isolement, à la diminution de ses échanges, s’expose d’une part à ne plus pouvoir maintenir sa structure dans un environnement qui évolue, ou bien, comme une formation enkystée, à stopper son évolution, ou, comme un organisme sénescent, à stopper son développement. D’autre part, il perturbera le bon fonctionnement de l’ensemble national, l’évolution même de cet ensemble, en rompant l’interdépendance de toutes ses structures entre elles. On peut même apprécier approximativement la sénescence d’un organisme national au nombre des « chapelles », au nombre d’intérêts particuliers ou de groupes enkystés qu’il présente. Ceux-ci limitent les échanges organiques, les orientent dans un sens unique et au profit d’un petit nombre d’individus au détriment de l’ensemble. » in, « Du soleil à l’homme », p. 132, (1963).

Frédéric Paulus


Kanalreunion.com