Di sak na pou di

De S.B, de F.A et de A.R, des mots tout simples et qui réconfortent…

Témoignages.re / 15 juillet 2013

Mercredi dernier, à quatre de mes amis, j’adressais quelques mots pour leur dire que je suis pleinement avec eux, « au moment où la communauté musulmane se retrouve dans le partage et l’humilité… dans la recherche du plus grand… dans un temps de réflexion et de prière qui nous grandissent tous… ».

Je voudrais, par le biais de ce rapide courrier de lecteur, offrir à mes compatriotes réunionnais l’essentiel de leurs réponses que je reçus dans la foulée. J’ai trouvé beaucoup d’émotion dans le simple « Merci beaucoup à vous… » (de S.B) et dans le sincère « Très touché par votre pensée, je vous souhaite un agréable après-midi… » (de F.A). Et puis, trente six heures plus tard : « De tout cœur, merci pour ces mots qui m’ont touché. Je te prie de m’excuser pour mon retard à te répondre, mais il me fallait au moins ces deux jours d’immersion pour changer les habitudes. C’est un grand mois béni et nous devons prier pour une paix totale pour ce monde qui bouleverse les hommes. Bien à toi et merci… » (de A.R).

Peu importe qui je suis et peu importe qui sont S.B, F.A ou A.R. Peu importe aussi ma religion. L’important, je crois, c’est que dans notre île du bout du monde, il existe le désir que les hommes se rapprochent dans la même recherche de ce qui unit et fait avancer. Ainsi en est-il du dialogue interreligieux qui est chez nous une réalité vécue au quotidien. Ainsi en est-il de cette zone cultuelle imaginée il y a une trentaine d’années par une municipalité réunionnaise pour témoigner que les hommes doivent s’enrichir dans leurs différences pour ainsi lever et élever leur regard vers l’horizon le plus lointain.

Un réunionnais


Kanalreunion.com