Di sak na pou di

Des requins et des hommes

Georges Benne / 27 février 2015

Tout ce battage autour des requins qui hantent les côtes de notre île arrivera-t-il un jour à les faire disparaître à jamais, ou tout au moins à les éloigner ? Les campagnes menées jusqu’ici n’ont fait, semble-t-il que les attirer d’avantage. Car enfin, les requins sont ici chez eux : la mer est leur milieu naturel. Ils y étaient hier, ils y sont aujourd’hui, ils y seront demain. Rien ni personne ne pourra les en empêcher. Pour employer un mot plus savant : ils font partie intégrante de l’écosystème.

Justement, partant d’observations qui remontent sur une vingtaine d’années, des chercheurs scientifiques ont fait, en deux points distincts mais assez proches de la côte ouest de l’Australie, une étonnante découverte : là où la pêche des requins est autorisée, les coraux situés à proximité sont complètement détruits ; à l’inverse là où elle est interdite, dans la réserve marine, ils tous bien vivants et admirables à voir.

Si nous voulons profiter pleinement des plaisirs de la mer, à l’abri de toute menace des requins, il nous faut prendre les précautions nécessaires lorsque nous entrons dans l’eau et surtout lorsque nous allons vers le large : des requins peuvent surgir à tout instant, sans crier gare. La seule solution serait donc d’aménager des sites bien protégés et hautement sécurisés, sans oublier pour autant les vicissitudes du climat appelé vraisemblablement à se réchauffer.


Kanalreunion.com