Di sak na pou di

Didier Robert est-il un homme libre ?

Témoignages.re / 2 février 2012

Si Paulet Payet affirme qu’il est un « homme libre », on peut affirmer que Didier Robert ne l’est pas. Et pour cause.
Le champion du double langage (en cela, il nous rappelle étrangement un certain JPV) se targue, devant les Réunionnais, de ne pas avoir de comptes à demander à Paris. Mais dans la foulée, histoire de ne pas froisser Paris, il se fend d’un communiqué pour dire que Nicolas Sarkozy, c’est le meilleur, qui prend des mesures « courageuses ».
Donc, quand Sarkozy annonce qu’il va augmenter la TVA, c’est une bonne idée, puisque cela va permettre aux chefs d’entreprises de connaître un allègement de leurs charges.
En tant que président de Région, invité en Guyane par Sarkozy lors de la présentation de ses vœux, il doit savoir si cette mesure est applicable ou non à La Réunion. De cela, il n’en a pas parlé. Parce qu’il ne le sait pas ? Ou parce qu’il le sait et qu’il en appréhende les conséquences : l’augmentation du coût de la vie.
C’est là que la position de Didier Robert est savoureuse : puisque l’État a décidé, à travers les « mesures courageuses » de Sarkozy, d’augmenter le coût de la vie, lui, leader réunionnais, va la baisser. Bien sûr, pas sur tous les produits, il ne faut pas non plus exagérer. Seulement sur un produit, symbolique : le prix de la bouteille de gaz. Comment va-t-il faire pour la faire baisser de 30% ? Didier Robert ne l’a pas dit.
Et voilà donc, une fois de plus, Didier Robert qui vole au secours de l’État et qui ouvre en grand le tiroir-caisse régional. Une fois de plus, après la question de la « continuité territoriale », Didier Robert intervient dans un champ de compétence de l’État.
L’Observatoire des prix et revenus n’est pas doté de pouvoirs suffisamment étendus pour permettre, d’une part, une vraie analyse du mécanisme de formation des prix et, d’autre part, de moyens coercitifs visant à briser toute situation monopolistique ou oligopolistique. En clair, l’Observatoire ne pourra pas faire baisser les prix. C’est donc lui, Didier Robert, qui va résoudre le problème. Pour la bouteille de gaz, cette fois.
Sauf que cela ne changera rien au problème : ce seront bien les Réunionnais qui vont payer la baisse des prix, s’il devait y avoir des aides données à certains ou des ristournes accordées à d’autres. L’argent viendra bien de la Région. Donc des Réunionnais. On va financer la baisse de la bouteille de gaz comme on a financé notre continuité territoriale.
Et dire que Robert apprécie Sarkozy pour cette raison : « afin de redonner confiance aux Français en l’économie du pays et celle de l’Europe, la France a besoin d’hommes et de femmes politiques aptes à prendre, non pas des mesures démagogiques et irréalistes, mais des mesures de vérité et de courage pour apporter de véritables réponses aux préoccupations quotidiennes des Français : l’emploi et la croissance économique »

.
L’histoire de la bouteille de gaz, ce n’est pas de la démagogie, peut-être ?
Didier Robert voudrait-il entrer dans la peau d’un ministrable qu’il ne s’y prendrait pas autrement. Avec pour objectif de « moraliser le capitalisme » !!!

Kalidja Patel


Kanalreunion.com