Di sak na pou di

« ... dire en y pensant ce que tout le monde dit sans y penser »

Témoignages.re / 5 juillet 2010

Chaque année, en découvrant les sujets de philosophie du Bac, je suis saisi de la même crainte : est-ce que je serais capable de les traiter comme il faut ? Tout ce qui m’avait été inculqué en classe terminale me paraissant si lointain. Je n’ai pas gardé non plus le meilleur souvenir du devoir de philo, la dissertation et le commentaire ayant été pour moi de redoutables épreuves. Aussi, je plains les élèves d’aujourd’hui, surtout dans ce monde où le calcul a pris une place prépondérante sur la réflexion et où la réplique de Sganarelle à Don Juan apparaît plus actuelle que jamais : « Votre religion, à ce que je vois, est donc l’arithmétique ».

Il y a un siècle, le philosophe Alain faisait déjà la constatation : « La philosophie est une mauvaise occupation pour un jeune homme ; comme il ne sait pas encore considérer avec attention la nature des choses, il en est réduit à une espèce d’algèbre pleine de notions équivoques ». Que dirait-il aujourd’hui à l’heure où la mondialisation marchande triomphe de tous côtés, laissant dans son sillage tant de dégâts, jusqu’à risquer de mettre en péril l’humanité toute entière, détruisant du même mouvement les cœurs et les esprits, diffusant le venin de la pensée unique dont le principal critère est le marché ?

La pensée unique qu’Ignacio Ramonet, l’ancien directeur du “Monde diplomatique”, a clairement identifiée : « la traduction en termes idéologiques à prétention universelle des intérêts d’un ensemble de forces économiques, celles, en particulier, du grand capital international ». Celle qui trouve ses sources dans les grandes institutions économiques et monétaires, comme la Banque mondiale, le Fonds monétaire international (FMI), l’Organisation mondiale du commerce (OMC), etc, qui, « par leur financement, enrôlent au service de leurs idées, à travers toute la planète, de nombreux centres de recherche, des universités, des fondations, lesquels, à leur tour, affinent et répandent la bonne parole ». La pensée unique, qui a son propre « discours anonyme repris et reproduit par les principaux organes d’information économique comme “The Wall Street Journal”, “Financial Times”, “La Tribune”, etc, propriétés souvent des grands groupes industriels et financiers », qui a ses propres relais : les Facultés de sciences économiques, les grandes écoles comme Sciences-Po, l’ENA, désormais qualifiés de « business schools », les écoles de commerce..., avec ses propres journalistes, ses essayistes, ses hommes politiques, ses grands médias de masse... Tout l’opposé de la pensée philosophique, admirablement résumée par Alain dans sa formule : « Le plus difficile au monde est de dire en y pensant ce que tout le monde dit sans y penser ».

Georges Benne 


Servis zansèt la kaz madame Baba

Samdi 24 zilyé 2010, 1 shomin bann “Colons”, Bois de Nèfles Coco Saint-Louis, madame Baba i invit azot po son kabaré zansèt. I komans ti fénoir ziska granmatin.
Ariv azot par bonpé pou kraz kabaré dan lo respé bann zansèt.

Service des ancêtres chez Madame Baba

Le samedi 24 juillet 2010, 1 chemin des “Colons”, à Bois de Nèfles Coco, Saint-Louis, Madame Baba a l’honneur de vous inviter au service qu’elle rend à ses ancêtres. La cérémonie débutera vers 18h pour se terminer à l’aube.
Venez nombreux y participer.

Vien woir sa
Kabaré lé zoli dann fon-la…


Kanalreunion.com