Di sak na pou di

Du « gâteau » qu’il faut, dit-on, partager... au magnifique livre que vient de sortir Francis Collomp

Raymond Lauret / 17 mai 2015

Deux rapides réflexions. La première concerne le conflit qui oppose (ou qui a opposé ces jours-ci) des transporteurs de matériaux et de béton au groupe Holcim-Lafarge. Je n’ai pas à porter de jugement sur ce qui peut opposer les deux parties. Et je respecte totalement le point de vue exprimé par le Président de la FNTR, Monsieur Jean-Bernard Caroupaye. Par contre, lorsque j’entends un autre transporteur résumer sa position en parlant « du gâteau qu’il faut partager », je ne peux m’empêcher de me dire qu’il y a chez ce monsieur une capacité à manier l’indécence, une indécence qui est une injure à beaucoup de réunionnais. La NRL serait donc à ses yeux un « gâteau », un gâteau « qu’il faut partager » !!!.. C’est lamentable. Je n’en dirais pas plus.

Et puis, seconde réflexion, le livre que Francis Collomp a sorti un peu plus d’un an après son évasion du camp d’Ansaru, ce groupe djihadiste basé au nord Nigéria qui l’avait enlevé le 19 Décembre 2012. L’incroyable combat sur lui même et contre ses geôliers qu’a eu à mener avec foi et détermination l’ingénieur français marié à une Réunionnaise du Port force l’admiration. Francis Collomp le raconte avec un grand souci de précision qui ne l’empêche pas de nous montrer toutes les facettes d’une personnalité attachante et qui ne cherche pas à dissimuler ses petites « faiblesses ».

J’ai lu « L’EVASION », ce livre de prés de 300 pages. Je l’ai lu d’un trait, tant il m’a captivé. Je l’ai même offert à plusieurs de mes amis. Et je veux conseiller à mes compatriotes de se procurer « L’EVASION », cet ouvrage dont l’auteur, pendant les onze mois où il fut l’otage des djihadistes quelque part au Nigéria, sut tenir tête à ses geôliers avec une seule pensée : être prêt pour, à tout moment, s’évader…

Oui, à lire.


Kanalreunion.com