Di sak na pou di

Éducation prioritaire : Non aux (E)CLAIR !

Témoignages.re / 10 juin 2011

Des informations convergentes nous parviennent nous indiquant que, sur décision ministérielle, l’ensemble des collèges prévus pour rester ou devenir RAR en 2010 seront autoritairement passés en ECLAIR — École, Collège, Lycée, Innovation Réussite ; ça ne s’invente pas ! — à compter de la prochaine rentrée (voir liste ci-dessous). Le CTP académique du vendredi 17 juin devrait confirmer la réalité de ces informations.
Outre le fait qu’aucun bilan n’a été fait de l’expérimentation qui a eu lieu cette année en métropole sur les établissements CLAIR — tout concorde pour dire que les collègues de ces établissements sont furieux et demandent la sortie immédiate du dispositif ; outre le fait qu’aucune concertation sérieuse n’a été entreprise avec les établissements concernés, pas même une consultation des Conseils d’administration ; outre le fait qu’il n’est même pas évident que le Rectorat de La Réunion ait eu son mot à dire —, il nous a toujours été affirmé par les responsables que l’académie n’avait demandé aucun passage en CLAIR — il est "clair" que ce passage en force est lourd de menaces à la fois pour les élèves de ces établissements et pour les collègues qui y enseignent puisque la dérogation en termes d’horaires, de programmes — le "socle" commun semble y être un horizon indépassable — et de statuts est la norme. Le pouvoir des chefs d’établissements va y être poussé jusqu’à l’absurde puisqu’ils auront le pouvoir de recruter sur les postes, qu’ils confectionneront une fiche de poste avec objectifs à la clé, et qu’ils chargeront un "collègue", qualifié pour la circonstance de "Préfet des études", de les cornaquer ! Et gare aux récalcitrants qui voudront continuer à faire leur métier !
Partout où cela a été fait, on assiste à une fuite des collègues en place qui demandent leur mutation, et les postes spécifiques créés à l’occasion ne trouvent que rarement preneurs en sorte que les équipes pédagogiques en place se voient démembrées au profit... d’un vide abyssal comblé in fine par des TZR, voire, parfois, par des stagiaires !

Le SNES-FSU invite donc à une réaction immédiate et forte ! Il propose à cet effet plusieurs actions :
1. Signer et faire signer la pétition nationale intersyndicale en ligne : http://www.clairementnon.org/ ;
2. Convoquer une Heure d’information syndicale au plus vite pour organiser la riposte ;
3. Demander au plus vite la convocation d’un Conseil d’administration extraordinaire avec pour unique ordre du jour le passage en CLAIR de l’établissement et faire voter le refus par ce CA ;
4. Informer les parents d’élèves des dangers de ce passage en CLAIR ;
5. Demander une audience au recteur ;
6. Dans chaque établissement, envoyer une délégation la plus large possible le vendredi 17 juin, à 14h, jour de tenue du CTP académique où le recteur doit informer officiellement les organisations syndicales représentatives de la liste des établissements passant CLAIR à partir de la prochaine rentrée.

Lionel Millot,
Co-Secrétaire académique adjoint du SNES


Kanalreunion.com