Di sak na pou di

Egalité des voies : le ministre hésite à franchir le pas

Témoignages.re / 18 mars 2010

La voie technologique, comme la voie générale, a vocation à préparer les élèves à la poursuite d’études dans l’enseignement supérieur. Cet objectif, maintenant clairement affiché dans les textes réglementaires, rend la rénovation des séries STI et STL urgente et nécessaire. Cette rénovation doit assurer le renforcement des compétences générales des élèves et le développement de compétences technologiques, ouvrant sur un large éventail de parcours de formations.

Les premiers éléments connus du projet s’inscrivent en grande partie dans cette logique (nombre de spécialités limité, enseignements technologiques transversaux), tout en conservant une identité suffisamment affirmée pour ancrer les apprentissages dans des domaines technologiques identifiés.

Le ministre doit assumer jusqu’au bout la logique affichée d’égalité entre les voies technologique et générale. Cela passe en particulier par le respect de son engagement en faveur de l’enseignement obligatoire de deux langues vivantes étrangères pour tous les élèves. Il constitue la condition sine qua non d’éventuels changements d’orientation au lycée et de choix ouverts après le Baccalauréat. C’est aussi le gage d’efficacité d’une insertion professionnelle de qualité.

Cette rénovation des séries STI-STL doit, pour réussir, s’appuyer sur les équipes existantes. Pour le SE-UNSA, il serait inacceptable qu’elles se trouvent déstabilisées par des mesures de carte scolaire inopportunes. Nous exigeons que cette rénovation soit accompagnée d’un plan ambitieux de formation et de reconversion pour les personnels.

Les enseignants de ces séries sont convaincus que la revalorisation des formations technologiques passe par une rénovation importante des contenus. Ils y sont prêts à condition que des perspectives claires soient affirmées. Pour le SE-UNSA, les propositions que fera le ministre dans les semaines qui viennent seront décisives.

Le SE-UNSA


Kanalreunion.com