Di sak na pou di

Eid-Ul-Fitr Meilleurs vœux et engagements !

Témoignages.re / 10 août 2013

Dans le cadre de la fin du Ramadan, Monseigneur Gilbert Aubry a, dans un message, souhaité « une joyeuse fête à tous les musulmans de La Réunion ».

Après le mois du Ramadan, voici venues les joies et les réjouissances de l’Eid-ul-Fitr ! Au nom de l’Eglise catholique, je souhaite une joyeuse fête à tous les musulmans de La Réunion. Votre temps consacré à la prière a été plus intense sur les derniers dix jours par la retraite spirituelle. Que la louange de Dieu nous rapproche encore davantage pour être pleinement des artisans de paix dans notre vie de tous les jours !

Cette année, je me réjouis du fait que le message traditionnel du Conseil pontifical pour le Dialogue Interreligieux à Rome soit signé personnellement par le Pape François. Il exprime ainsi l’expression de son estime et de son amitié envers tous les musulmans, spécialement envers leurs chefs religieux.

A cette occasion, le Pape écrit : «  Je suis conscient que les dimensions de la famille et de la société sont particulièrement importantes pour les musulmans pendant cette période, et il vaut la peine de noter qu’il y a des parallèles avec la foi et la pratique chrétiennes dans chacun de ces domaines. Cette année, le thème sur lequel je voudrais réfléchir avec vous et également avec tous ceux qui liront ce message, c’est un thème qui concerne à la fois musulmans et chrétiens : il s’agit de la promotion du respect mutuel à travers l’éducation. Le thème de cette année entend souligner l’importance de l’éducation en fonction de la manière où nous nous comprenons les uns les autres sur la base du respect mutuel. “Respect” signifie une attitude de gentillesse envers les personnes pour lesquelles nous avons de la considération et de l’estime. “Mutuel” exprime un processus qui, loin d’être à sens unique, implique un partage des deux côtés ».

« Ce que nous sommes appelés à respecter dans chaque personne, c’est tout d’abord sa vie, son intégrité physique, sa dignité avec les droits qui en découlent, sa réputation, son patrimoine, son identité ethnique et culturelle, ses idées et ses choix politiques. C’est pourquoi nous sommes appelés à penser, à parler et à écrire de manière respectueuse de l’autre, non seulement en sa présence, mais toujours et partout, en évitant la critique injustifiée ou diffamatoire. À cette fin, la famille, l’école, l’enseignement religieux et toutes les formes de communications médiatiques jouent un rôle déterminant. Pour en venir maintenant au respect mutuel dans les relations interreligieuses, notamment entre chrétiens et musulmans, ce que nous sommes appelés à respecter c’est la religion de l’autre, ses enseignements, ses symboles et ses valeurs. C’est pour cela que l’on réservera un respect particulier aux chefs religieux et aux lieux de culte. Qu’elles sont douloureuses ces attaques perpétrées contre l’un ou l’autre de ceux-ci ! […] ».

Encourager nos jeunes

« En ce qui concerne l’éducation des jeunes musulmans et chrétiens, nous devons encourager nos jeunes à penser et à parler de manière respectueuse des autres religions et de ceux qui les pratiquent en évitant de ridiculiser ou de dénigrer leurs convictions et leurs rites. Nous savons tous que le respect mutuel est fondamental dans toute relation humaine, spécialement entre ceux qui professent une croyance religieuse. C’est n’est qu’ainsi que peut croître une amitié durable et sincère ».

A l’évidence, le Pape François pense aux multiples situations mondiales où des conflits ethniques, économiques et politiques, des guerres se camouflent sous des étiquettes religieuses ou les utilisent ouvertement. Ces stratégies mortifères déstabilisent souvent des sociétés où les chrétiens, les musulmans, les membres d’autres religions vivaient en paix. D’autres formes sournoises de déstabilisation existent qui consistent pour certains à dénigrer les valeurs religieuses des uns et des autres.

A l’Ile de La Réunion, tout au long de notre histoire mouvementée dans l’ensemble français, la vie nous a façonnés avec nos religions diverses ou sans religion. Pour les croyants que nous sommes, que le Très Haut dans sa miséricorde infinie nous aide tous à prendre conscience des richesses humaines, culturelles, spirituelles de notre même « communauté de destin » ouverte sur l’Indianocéanie et le monde. Que les aînés et les jeunes puissent se rejoindre sur les besoins réels de notre société pour pouvoir les satisfaire au mieux afin que tous puissent avoir les moyens de vivre dignement. Que ce qui a été construit ici dans la persévérance ne soit pas détruit par des stratégies extérieures ou par un enfermement faussement identitaire. En m’exprimant ainsi, je ne formule pas seulement des vœux pieux pour nous tous. Vœux pieux, oui. En effet, que serions-nous sans la vie partagée, la piété, la prière, l’adoration, le service des autres ? Aussi, demandons à Dieu la grâce, la lumière et la force des engagements, à la mesure de chacun de nous, dans des appartenances associatives multiples, avec les autres. Que notre société réunionnaise s’humanise à la mesure de son nom. La Réunion. Joyeuse fête de l’Eid-ul-Fitr !

Monseigneur Gilbert Aubry

Evêque de La Réunion


Kanalreunion.com