Di sak na pou di

Élection : dernier round ?

Courrier des lecteurs de Témoignages / 16 mai 2017

JPEG - 36.9 ko

Ceux qui ont voté Macron sont des moutons, ceux qui ont voté Marine ont mauvaise mine.

Résultat des courses : Personne n’est vraiment satisfait :

Les partisans de Macron sont obligés de reconnaître que, comme le succès de Chirac en 2002, il y a maldonne. C’est un succès volé. C’est une insulte à la vraie démocratie. C’est l’utilisation d’un épouvantail pour téléguider une élection somme toute, très peu démocratique pour ne pas dire plus.

Les partisans de Marine, les dindons de la farce, sont des gens mécontents. Et ils ont mille raisons de l’être. Ce qui est ahurissant, c’est que les gens mécontents représentent une large majorité des Français. Mais la stratégie des petits malins de la politique a fort bien su prévoir et diriger le troupeau des électeurs bêlants, vers le conservatisme probablement très peu réformateur, plutôt que vers l’aventure d’une société nouvelle à laquelle, pourtant, tout le monde aspire.

C’est probablement le dernier round de ce combat truqué des maîtres contre les esclaves. Comme le disait si bien Camus dans son célèbre livre : L’homme révolté, « L’esclave qui d’instinct se révolte contre son maître dit à la fois non et oui. Non, car il souligne une limite à ne pas franchir. Oui, car du même coup, il affirme un droit, il invoque tacitement une valeur qui le dépasse, qui lui est commune avec tous les hommes et qui définit la nature humaine ».

François Maugis


Kanalreunion.com