Di sak na pou di

Eli : un esclave ? Non : un héros !

Témoignages.re / 14 mars 2011

M. Enis Rockel (dans son courrier de lecteur publié par le “J.I.R.” du 8 mars 2011) pose deux questions qui sont liées : Faut-il réviser l’histoire de la révolte de 1811 ? et faut-il célébrer Elie comme un héros ? Nous voudrions répondre positivement à ces deux questions.

La révolte de 1811. Toutes les révoltes d’esclaves ont profité des divisions à l’intérieur du monde blanc. S’agissant de la révolte d’Elie, non seulement on a voulu lui retirer le mérite de l’offensive qu’il a menée contre un ordre indigne, mais on a détruit tous les documents qui auraient permis d’établir la vérité. Il est donc juste de « réviser » une histoire tronquée, déformée au profit des vainqueurs. C’est ce que j’ai fait avec les archives mauriciennes et ce que Sudel Fuma a réalisé avec les archives anglaises. Suite à ces recherches, il n’y a aucune difficulté à dire que cette révolte est la plus importante de l’histoire des Mascareignes et qu’elle a été conçue et réalisée par les esclaves eux-mêmes.

Elie, un héros. Elie était un forgeron et non pas un commandeur. Il n’était pas un tueur de gens désarmés — ainsi s’interposa-t-il en disant « On ne tue pas les femmes ! On ne tue pas les enfants ! » —, mais un meneur face à des colons dotés de fusils. Il a été capable — suite à la trahison de Figaro et dans une situation des plus délicates — de transcender sa condition et de proposer un projet qui galvanisa son entourage. Il incarna un idéal au point de mourir pour lui. En se révoltant, il proteste contre la condition inhumaine faite aux esclaves, il rétablit une vérité morale qui est que les esclavagistes sont des criminels. Un héros est celui qui est capable de se dresser contre un ordre injuste : combien sont-ils ceux dont on a dit qu’ils ne pouvaient rien faire alors même qu’ils occupaient des positions de pouvoir ?

Le Kolektif Lané d’Elie (KLÉ) se propose de rassembler tous ceux qui veulent participer à ce redressement de l’histoire, tous ceux qui sont attachés aux libertés réunionnaises et qui savent ce qu’ils doivent à ces combattants, à ce héros !

Philippe Bessière (Rasine Kaf)


Kanalreunion.com